Bienvenue sur newsantilles.com
<div style="background-color: none transparent;"><a href="http://www.ikiloop.com/" title="link">here</a></div>
                 Le monde

2ème édition du Séminaire sur le Tourisme mémoriel.

Le Président de la Communauté d’agglomération CAP Excellence Éric Jalton et la Vice-présidente Marie-Corine Clotilde-Lacascade, Présidente déléguée à la Commission Tourisme, organisaient la 2ème édition du Séminaire sur le Tourisme mémoriel qui s’est déroulée les 29 et 30 mai 2018 au Cinéma Multiplex Cinestar aux Abymes, autour de la thématique : "Le développement  territorial à partir du tourisme mémoriel : les biens maritimes et subaquatiques".

Professionnels, chercheurs… ont participé à cette rencontre.

Au programme du mardi 29 mai, une projection de film documentaire : "Les esclaves oubliés de l’île Tromelin", destinée aux scolaires en début d’après-midi et au tout public le soir suivi d’un débat interactif. Ce documentaire retrace l’incroyable histoire des esclaves malgaches abandonnés après le naufrage d’un navire français sur l’île de Tromelin en 1761, se retrouvant seuls sur cette île pendant quinze ans, ils ont recréé une microsociété pour assurer leur survie.

Des conférences débats sur différentes thématiques ont marqué la journée du mercredi 30 mai : "Le tourisme mémoriel de la mer à CAP Excellence : Enjeux et perspectives ? ",  "Que nous disent les fonds marins dans le domaine du tourisme mémoriel : des richesses immergées ? ".

Commémoration des évènements de mai 1802 à Saint-Claude.

Dans le cadre des évènements de mai1802, le maire de Saint-Claude, Élie Califer a rendu hommage au colonel louis Delgres, héros anti esclavagiste qui a marqué l’histoire de la Guadeloupe. Le préfet Philippe Gustin, les autorités locales, la population, avaient été conviés à la cérémonie de commémoration ce lundi 28 mai au Matouba, où ils se sont recueillis. Par la même occasion, une gerbe a été déposée au pied de la stèle de Louis Delgres, érigée en 1948, lors du centenaire de l’Abolition de l’esclavage.

Cérémonie protocolaire du 27 mai au Fort Delgres.

À l’occasion de la Commémoration de l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe, le fort Delgres accueillait ce dimanche 27 mai,la traditionnelle Cérémonie protocolaire.La secrétaire générale de la préfecture représentant le préfet de région, la vice-présidente du Conseil régional, la présidente du Conseil départemental, la maire de Basse-Terre, les nombreuses personnalités invitées et la population s’étaient  ainsi réunis sur ce lieu hautement symbolique afin de se souvenir.

Cérémonie de la prise de fonction du nouveau Préfet de la Région Guadeloupe Philippe Gustin.

Le nouveau préfet de la Région Guadeloupe, Philippe Gustin, est arrivé ce dimanche 27 mai à l’aéroport Pôle Caraïbes. Il a pris officiellement ses fonctions ce lundi 28 mai, au cours d’une cérémonie célébrée en son honneur au Champ d'Arbaud à Basse-Terre. La cérémonie, présidée par le préfet, s’est déroulée en présence des autorités militaires, des élus, des associations patriotiques, des chefs de services déconcentrés de l’État ainsi que des corps judiciaires ; suivie d’un dépôt de gerbe au monument aux Morts. De Gros dossiers l’attendent notamment le problème des algues sargasses, de la gestion de l’eau, du chlordécone, du CHU de Pointe-à- Pitre.

Commémoration mai 1967 et mai 1802 : Marche de conscientisation avec l’UGTG.

Le leader de l’UGTG Élie Domota poursuit sa lutte contre les injustices. Dans le cadre des évènements de mai 1802 et mai 1967, une série de manifestations a été programmée par le mouvement syndical tout au long du mois de mai. Une marche de souvenir et de protestation a eu lieu ce dimanche 27 mai, au départ du pont du Plessis à Vieux-Habitants jusqu’au Fort Delgres à Basse-Terre.

48 collégiens de Joseph PITAT en immersion pendant 2 ans au CNRBT !

Pendant 2 ans et 2 années scolaires, 2016-2017 et 2017-2018, 48 élèves de classes ULIS et Corail du collège Joseph Pitat de Petit-Paris à Basse-Terre, ont été en immersion au Cercle des Nageurs de la Région de Basse-Terre.

21 filles et 27 garçons âgés de 12 à 16 ans, issus de 3 classes de l'établissement scolaire ont suivi, la première année, à la piscine de Rivière-des-Pères, à Basse-Terre, un programme incluant la natation, l'aquagym, l'aquabike, le plongeon et le water-polo.

La seconde année, c'est sur le plan d'eau de la plage de Rivière Sens à Gourbeyre que les jeunes collégiens, toujours accompagnés de leurs professeurs et encadrés des éducateurs sportifs et moniteurs du CNRBT, se sont initiés au sauvetage sportif, au secourisme et à la nage avec palme, masque et tuba.

Une découverte multi activités conduite à partir d'un projet pédagogique intitulé "Je me jette à l'eau" qui a permis à ces adolescents de se familiariser avec l'élément aquatique, dominant ainsi leur peur de l'eau, au point même d'accomplir de véritables petits exploits dans un apprentissage qui s'est voulu ludique pour une meilleure assimilation et adaptation.

Ces jeunes ont dû non seulement dominer cette appréhension d'un milieu qui leur était peu familier jusque là, mais également maîtriser un art de vivre ensemble avec un comportement qui impose discipline, respect et partage. Provenant de milieux parfois défavorisés ou mono-parental, de quartiers difficiles, ou encore en échec ou décrochage scolaire, diminués pour certains de certaines facultés, il a fallu à l'encadrement beaucoup de savoir-faire pour composer avec un ensemble plein d'incohérences et déséquilibré mais ô combien méritant; ce qui s'est traduit par un engagement total et une implication sans faille des équipes pédagogiques et d'animation.

Ce programme n'aurait jamais atteint ses objectifs s'il n'avait pas reçu le soutien entier de l'équipe de direction du collège Joseph Pitat, l'accompagnement financier de la cellule Europe FSE du GIP-DAIFI, les encouragements du Rectorat et de l'Académie de Guadeloupe et surtout, s'il n'avait pas été motivé par des équipes pédagogiques dynamiques du collège et des compétences des équipes techniques et d'administration du CNRBT.

Deux ans après, on peut dire que l'on est face à une réussite à laquelle les élèves, principaux acteurs du dispositif, ont pris une part active. Leur transformation tout au long de ces deux années scolaires sont là pour marquer cette évolution qui s'est traduite par des adolescents qui ont repris goût à l'école, se sentent aujourd'hui plus en confiance et s'affirment mieux en n'hésitant pas à se livrer complètement par des efforts nourris d'ambitions légitimes de se surpasser pour devenir meilleurs.

Partenaire

Facebook

Pub