Error in function loadImage: The image could not be loaded.

Error in function : The original image has not been loaded.

Error in function saveImage: There is no processed image to save.

Léon Bertrand remis en liberté

AFP - Léon Bertrand, maire (UMP) de Saint-Laurent du Maroni (Guyane), en détention provisoire en Martinique depuis fin novembre dans une affaire de favoritisme, a été remis en liberté vendredi et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris de source judiciaire.

Cette libération sur décision du juge d?instruction Thierry Rolland intervient alors que l'élu est candidat aux élections régionales dont le premier tour a lieu dimanche. Il figure en 3e position sur une liste DVD.

Une caution de 100.000 euros a été demandée, mais son versement effectif n'était pas un préalable à la sortie de prison de l'ancien ministre délégué au Tourisme de Jacques Chirac, a-t-on ajouté de source judiciaire.

Maire de Saint-Laurent-du-Maroni et président de la Communauté de communes de l'ouest guyanais (CCOG), Léon Bertrand a été mis en examen et écroué le 27 novembre dernier pour "favoritisme et corruption passive" dans le cadre d'une information judiciaire ouverte "contre X", depuis le 5 juin 2009.

La justice soupçonne des attributions frauduleuses de marchés publics en Guyane, notamment au sein de la CCOG, ayant permis le financement de ses campagnes électorales.

Le juge d?instruction, qui avait procédé lundi à une confrontation entre les personnes mises en examen dans ce dossier, a estimé que le maintien en détention provisoire de Léon Bertrand n?était plus nécessaire aux besoins de l?enquête, indique-t-on de mêmes sources.

Trois autres personnes écrouées dans le cadre de cette affaire, Augustin To-Sah-Be-Nza, le directeur général de la CCOG, Guy Le Navennec, président du Sénog (société d?économie mixte) et Richard Cheung-A-Long, bras droit de Léon Bertrand à la mairie de Saint Laurent du Maroni, ont été mises en liberté également par le juge Rolland, pour les mêmes motifs.

Comme Léon Bertrand, ils sont soumis à un contrôle judiciaire et devront s?acquitter d?une caution de 100 000 euros et ne devront pas communiquer entre eux. Ils pourront également rejoindre la Guyane.

Remis en liberté peu après 12H00 (17H00 à Paris) Léon Bertrand devrait rejoindre la Guyane dans les prochaines heures.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.