Fin de l’état d’urgence en Guadeloupe.

Ce n’est pas un poisson d’avril… Liberté, liberté chérie, liberté retrouvée !

A partir du 1er avril,  fini le couvre-feu, finie la jauge limitant l’accès aux établissements recevant du public (ERP), finie l’obligation de port du  masque dans les espaces et lieux publics.

Et à partir du 4, plus besoin de présenter le passe sanitaire pour entrer dans les ERP à l’exclusion bien compréhensible des établissements  sanitaires, sociaux et médico-sociaux.

Certaines mesures demeurent toutefois applicables : c’est le cas de l’obligation vaccinale du personnel soignant. C’est aussi le cas de l’obligation de port du masque dans les transports collectifs. Les personnes non vaccinées voyageant de l’Hexagone vers la Guadeloupe doivent encore justifier de motifs impérieux  et présenter un test négatif ( un test PCR de moins de 72h ou un test antigénique de moins de 48h).

Qu’est-ce qui nous vaut un tel assouplissement des mesures restrictives ? Est-ce la fin de la pandémie ?

Le taux d’incidence pour 100 000 habitants était en S12 , du 21 au 27 mars, de 852,8/100 000 habitants, soit presque 43 fois le taux d’alerte.  Pour mémoire, en semaine 7, avant les fêtes du Carnaval, il était de 581,4… Ce taux est particulièrement élevé chez les 15-44 ans où il atteint 1229/100 000 habitants.

Du 21 au 27 mars, 3214 nouveaux cas de COVID ont été déclarés ; c’est 6% de moins qu’en S11  mais beaucoup plus qu’en S7 (2190).

L’activité hospitalière COVID a peu diminué en 2 semaines : 56 passages aux urgences pour suspicion de COVD vs 61 en S11 ;  mais 9 admissions en réanimation vs 6 en S11 ; 30 admissions dans les autres services vs 36 en S11). Au 29 mars, 39 patients COVID  étaient soignés  dans les divers services de médecine conventionnelle, 33 en réanimation et 151 sous oxygène à domicile. Les chiffres sont toutefois meilleurs qu’en S7 où il y avait eu 42 nouvelles hospitalisations et 11 admissions en soins critiques. Mais MIEUX ne signifie pas BIEN.

Il y a encore eu  en S12 6 décès de patients COVID, 5 femmes et 1 homme âgés de 33 à 82 ans.

Ce qui est sûr est que l’assouplissement des règles n’est pas lié à une amélioration de la couverture vaccinale. La population des plus de 12 ans ayant reçu au moins une 1ère injection de vaccin est de 45,63%. Le vaccin  non ARN NOVAVAX que réclamaient ou disaient réclamer  certains antivax  n’a pas le succés escompté : les injections de 1ère et 2ème dose sont au nombre de 94 et 7 respectivement. Ce gaspillage  a un coût financier et humain qu’il faudra chiffrer un jour…

A part la proximité de l’élection présidentielle, quelle explication plausible trouver à la levée des mesures de protection contre le COVID ? Aux lecteurs de le dire !

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.