Implantation d’un restaurant McDonald’s à Basse-Terre ?

 La vérité en toute clarté !

Sur les réseaux sociaux de la désinformation et pas toujours de la bienveillance  circule un audio critiquant le maire de Basse-Terre car il aurait donné une autorisation à l’implantation d’un restaurant McDonald’s à Basse-Terre sur le secteur de PetitParis.  Qu’en est – il vraiment ?

Le maire et la majorité municipale ont tenu  à apporter quelques précisions. Initialement, le terrain sur lequel ce McDonald’s va s’implanter était un terrain municipal, certes. Mais ce terrain a été vendu en décembre 1996 par le maire de l’époque, madame Lucette Michaux Chevry à un bailleur social : la Semsamar. Il n’appartient plus à la ville.

Pour le maire André ATALLAH , la Semsamar a réalisé son projet de construction de logements (Résidence Balguy) sur ce terrain et se retrouve avec un délaissé, à savoir la parcelle AD 17.

 La Semsamar a proposé la vente de ce terrain. Le groupe Distrimo a acheté cette parcelle AD 17 et le groupe Arcos Dorados prévoit la construction d’un MacDo couplé à un Drive. La municipalité a certes été informée de ce projet, car le responsable de la société Distrimo est venu le présenter au maire actuel,

Pour André Atallah. rien ne permettait de s’opposer à ce projet, car le PLU au sein de l'OAP (Orientation d’Aménagement et de Programmation de Desmarais permet ce type de construction. Il aurait fallu, pour s’opposer à ce projet, que la ville de Basse-Terre fasse une préemption sur cette parcelle. Quand on sait la situation financière de la ville de Basse-Terre (qui de plus est dans un dispositif COROM) il aurait été irréaliste d’acheter ce terrain vu l’absence de projet de la ville sur cette parcelle.

Le nouveau maire de Basse – Terre  a tenu à rappeler que  la capitale de notre archipel  est une ville avec 10 Millions de dette que la nouvelle équipe a eu comme héritage, dette il est vrai, ramenée à 5 Millions par cette nouvelle équipe. Distinguons  cependant que dans une économie libérale entre les investisseurs qui créent dans le « ruisselement » de l’activité et  surtout de l’emploi local. Ainsi donc , ne  pouvant s’opposer à l’implantation de ce type de structure, le maire de Basse-Terre a obtenu cependant lors de son entretien avec le repreneur un engagement à favoriser l’emploi local de Basse-Terriens ainsi que l’implantation à proximité de ce restaurant d’un parcours sportif.

Pour André ATALLAH et son équipe il était nécessaire et même légitime que la municipalité apporte ces précisions dans un souci de transparence.

 Seul  donc compte les faits, et l’action de son équipe au service du développement a souligné le Maire de Basse – Terre.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.