A la lumière de la crise du Covid !

Sondage exclusif : les Français sont peu enclins à réduire le périmètre de l’État !

Même si les Français dans leur majorité ne sont pas favorables à une délégation des missions actuelles de l’État, une partie d’entre eux l’envisage pour certaines fonctions support. Les régions et les départements seraient aujourd’hui les mieux placés pour exercer les missions que l’État pourrait transférer, selon les personnes interrogées par l’Ifop

Selon le sondage, si la majorité d’entre eux n’est pas pour une délégation des missions actuelles de l’État à un autre acteur, une part importante l’envisage tout de même. Dans cette perspective de réduction des missions de l’État, les acteurs régionaux et départementaux sont les mieux placés pour obtenir la ­compétence de certaines d’entre elles. Les Français( toujours selon ce sondage)  sont ainsi totalement opposés à une délégation du service public à des acteurs privés et ils sont une majorité à refuser de payer plus pour voir le service s’améliorer.

Les catégories populaires plus favorables à la réduction du périmètre

Les Français dont les Gwada,  sont partagés concernant leur jugement quant au nombre de missions exercées par l’État en France. En effet, plus d’un quart (28 %) des personnes interrogées considèrent que l’État n’est pas assez présent et devrait élargir son périmètre d’action. Ensuite, presque un tiers (31 %) d’entre elles pensent qu’il devrait se recentrer sur un nombre de missions plus limité. Enfin, 41 % estiment que le dosage actuel est satisfaisant, avec ni trop ni pas assez de missions effectuées par l’État.

Quid des fonctions supports ?

Les fonctions support comme l’informatique, les ressources humaines ou la restauration, entre autres, sont considérées comme étant les plus aptes à être gérées par un autre acteur que l’État (32 %). Loin derrière, on trouve des missions plus « régaliennes » comme la gestion physique et en ligne des procédures administratives (27 %) et les inspections et contrôles (26 %). La collecte des taxes et impôts arrive en dernière position (14 %). À noter que l’item voulant qu’aucune de ces activités ne soit déléguée à un autre acteur que l’État atteint 27 % de citations.

Régions et départements nettement en tête

Si certaines activités devaient être déléguées par l’État, les Français et beaucoup de Gwada certainement,  pensent que les acteurs les plus aptes à récupérer ces missions sont les régions (45 %), devant les départements (44 %) et les communes (34 %). Ils sont toutefois nettement opposés au fait que ces activités passent dans le giron d’entreprises privées (seuls 8 % sont pour). Cette dernière tendance se reflète dans le refus de payer plus cher pour obtenir un service public de meilleure qualité (59 % sont contre).

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.