Signature de la convention « Cité éducative » La vraie égalité c’est donner davantage à ceux qui en ont moins. Là est la vraie solidarité.


Ce Mardi 28 septembre au Collège Jean Jaurès à Baillif a eu lieu, une signature de la convention « Cité éducative » des villes de Baillif, Basse-Terre et Capesterre-Belle-Eau ». Cette signature,  s’est faite en présence du préfet de la région Guadeloupe, Alexandre ROCHATTE,  de la rectrice de l’académie Guadeloupe Christine GANGLOFF-ZIEGLER et des maires des trois communes concernées. Mme Marie-Yveline, THEOBALD PONCHATEAU André ATALLAH et Jean-Philippe COURTOIS.

Pour rappel, ce dispositif de la politique de la ville, la cité éducative des villes de Baillif, Basse-Terre et Capesterre-Belle-Eau » est la deuxième labellisée en Guadeloupe, après celle des Abymes / Pointe-à-Pitre labellisée en 2020.

Elle rejoint ainsi le réseau national des 126 cités éducatives. La cité éducative (Sud / Basse – Tere) s’étend sur les quartiers prioritaires des communes de Baillif (Bourg, Cadet, St-Robert, Bois Rimbault et Jean Jaurès), Basse-Terre (Bologne, Calebassier, Rivière des pères, Pintade, Mallian, et Chevalier St-Georges) et Capesterre-Belle-Eau (Bourg, Sarlassone Petit Pérou, Îlet, Bananier et Haute plaine).

Elle compte 13 584 habitants, soit 16,53 % de la population de l’agglomération du Grand sud Caraïbe. Elle englobe 10 écoles maternelles, 13 écoles élémentaires ou primaires et 3 collèges pour un effectif global de 3 018 élèves. Les trois objectifs majeurs de cette convention sont : conforter le rôle de l’école, promouvoir la continuité éducative et ouvrir le champ des possibles. L’ambition de ce label est d’intensifier l’action publique en faveur de la jeunesse des quartiers prioritaires, d’élaborer et de déployer une stratégie éducative ambitieuse en direction de nos jeunes âgés de 0 à 25 ans, avant, après et autour du cadre scolaire.

La cité éducative doit permettre de mobiliser et structurer tous les acteurs (État, collectivités locales, parents, associations, intervenants du périscolaire, travailleurs sociaux, écoles et collèges…) autour d’enjeux éducatifs partagés pour consolider la prise en charge des jeunes des quartiers prioritaires depuis la petite enfance jusqu’à leur insertion professionnelle, à tous les temps et dans tous les espaces de vie.

La Cité éducative ambitionne d’être donc   le pilier du volet éducatif du contrat de ville du Grand Sud Caraïbe. Elle bénéficiera d’une dotation de 350 000 € par an pendant trois ans, soit 1 050 000 € au total.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.