49e Assises de la presse francophone.

Nous y serons !

L’Union des Journalistes et des Médias de la Guadeloupe est affiliée à l’ UPF* et en tant que section « souveraine » se fait un devoir d’y apporter une contribution active, spécifique et critique. En témoigne Le bon accueil toujours réservé à notre forte délégation et par la confiance accordée à notre trésorier RJC ,  vice- président au bureau international de l’UPF.  En principe l’UPF se fait un devoir de tenir son congrès chaque année, (sauf cas de force majeure) dans un pays francophile.

A ce titre lors de nos assises, nos adhérents s’attachent tant : au Canada, au Cameroun (2010 puis 2019), au Maroc, au Sénégal,  au Bénin, à Madagascar , en Guinée, en Arménie à donner une image positive de la dynamique de la presse dans notre archipel. Avec nos spécificités, tenant à notre culture et à notre éloignement.

Avec la Covid notre congrès en 2021 prévu au mois de juin,  a été reporté en Tunisie à une date qui vient d’être fixée.  Ils se tiendront à Hammamet du 15 au 17 novembre 2021, en amont du XVIIIe Sommet de la Francophonie qui se tiendra à Djerba les 20 et 21 novembre 2021.  Et ceci malgré les difficultés aussi bien objectives, liées à la crise sanitaire générale, que subjectives qui concernent la situation politique en Tunisie a déclaré notre secrétaire internationale l’Arménienne Zara Nazarian. Mais là où il y a une volonté, il y a toujours un chemin. 

Certes le contexte de la pandémie a fortement perturbé l’organisation de ce congrès.

Nous y serons aux 49èmes Assises internationales. Ces Assises auront lieu sous un format mixte: en présentiel et par visioconférence. Les débats porteront sur le thème "Femmes au pouvoir. Pouvoir des femmes"… Nous y serons pour nos médias de l’UJMG, pour notre section Guadeloupe de l’UPF et pour notre pays de Guadeloupe. Et ce d’autant que nous entendons conforter chez nous comme dans le monde, cette noble et si difficile mission de défendre la liberté de la presse. Et le prestige d’une de nos langues avec le créole : la langue française.

Nous ne sommes pas pour le droit d’ingérence.

Mais nous ne cesserons jamais de déplorer la répression qui frappe ( emprisonnement, menace de mort, procès, expulsion , licenciement abusif…) si durement et injustement nos confrères qui entendent exercer leur métier avec le droit à une liberté d’expression, mais dans la responsabilité. Une répression tous azimuts qu’elle soit le fait de gangs, des cartels, de répression du gouvernement au pouvoir au gré de l’instabilité politique qui frappent ces pays.

De toute évidence, avec des confrères dont nous avons tant échangé et surtout tant apprécié , nous ne saurons être indifférents à leur difficultés , à leur condition de travail et davantage encore à leur intégrité physique. Dans un monde de la pensée unique devenue inique, quand chacun entend dicter à un journaliste ce qu’il doit dire, comment et quand le dire, de tels procédés sont inacceptables. Nous les dénonçons, nous les condamnons.

Le métier de journaliste chez nous de même, n’est pas exempt de ces pressions, intimidations, menaces de ceux qui entendent museler nos confrères, les intimider ou les corrompre.

NO PASARAN !

*'Union internationale de la presse francophone, abrégé en UPF est la plus ancienne association francophone de journalistes.. L'UPF est une organisation internationale non-gouvernementale (OING) reconnue par de grandes organisations internationales, telles l'ONU, l'UNESCO et l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).  L'UPF regroupe près de 4000 journalistes, responsables et éditeurs de la presse écrite, audiovisuelle et internet, répartis dans 110 sections (pays ou régions du monde).Elle remet le Prix de la libre expression.

 

DURIZOT JOCELYN ( Président de la section Guadeloupe de l’UPF- Président de l’UJMG)

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.