Communique de Victorin Lurel et de Vainqueur-Christophe.

« Application de la loi contre le sucre outre-mer : le Gouvernement doit, en transparence, sanctionner les marques qui continuent de frauder »

».

 Dans son édition de mercredi, Le Canard enchaîné révèle que le Gouvernement essaierait de retarder la publication d’un rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes – DGCCRF – sur l’application de la Loi contre le sucre Outre-mer de 2013. Selon l’enquête du Canard, « les premiers résultats du rapport de la DGCCRF sont tellement accablants que le ministère de l’Économie a préféré reporter sa publication à la fin de l’année ».

Pour rappel, cette loi, dont nous sommes conjointement à l’origine, vise à limiter le taux de sucre dans les produits alimentaires distribués en outre-mer en alignant leur teneur maximale en sucres ajoutés sur celle des produits distribués dans l'Hexagone.

Une mesure d’équité et de salubrité publique très largement adoptée lors au quinquennat précédent. 8 ans après la promulgation, il s’avèrerait que certaines entreprises, certaines marques, continueraient de proposer des produits aux teneurs en sucre différenciées, au mépris de la loi et des normes édictées.

Dans un courrier commun adressé ce jour à Monsieur le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, nous demandons au Gouvernement de rendre immédiatement public ce rapport afin de mieux contrôler l’application de cette loi et mettre fin à ces pratiques industrielles trompeuses et dangereuses pour la santé de la population. En matière de lutte contre les addictions, contre l’obésité, le surpoids et leurs pathologies associées, il est désormais temps que le Gouvernement mène une politique volontariste et sanctionne les entreprises qui s’obstinent à ne pas jouer le jeu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.