Réhabilitons la pensée critique Pou sové péyi – la.

 Photo :France Bleu .

 Il y   des forces en marche: il faut les créer, et les solutions

 Antoine de Saint Exupéry a raison

Il y   des forces en marche: il faut les créer, et les solutions suivent. C’est dire que pour changer d’histoire, écrivons-la.

Ne la subissons pas à la manière des antivax des cimetières et ceux qui construisent leur domicile que dans le passé et scotchés aux  traditions. Le passé n’est pas un domicile.  Car nous sommes des êtres agissants, mais aussi susceptibles d’être les observateurs de nos propres actions et d’en juger la valeur et la conformité à des normes.  Il faut donc surtout à l’heure des déferlantes des pièges des fakes et de l’irresponsabilité des toubitenlogs autoproclamés,  au sein de notre raison développer la rationalité autocritique.

Non , Jules César. Il n’ a pas que dans les villages gaulois, où ils ne sont jamais tous d’accord. En GWADA OSI.  Beaucoup de nos compatriotes , aux lourds intérêts politiciens sont incapables de concilier une   identité, temporelle, spatiale, cosmique,  rhizomique, et interactive. Beaucoup de nos compatriotes se perdent en revendiquant une pureté primitive, une défiance et un ressentiment,  encrés dans les insuffisances de nos mal gouvernances.  Et zappent ainsi leur identité métissée,  guadeloupéenne du Guadeloupe d’abord,  pour faire peuple.   C’est d’autant inacceptable que nous avons reçu avec l’Ecole une éducation de la rationalité. Oui, Monsieur le recteur JUMINER. l’Ecole est la terre des hommes sans terres.

Comment, dès lors,  pour triompher du « complexe » ,  sans la raison critique, communiquer avec l’autre, quand il y a une vraie   difficulté à se situer dans le temps, dans l’espace et surtout dans le réel.

Difficile de saisir dès lors, cet interlocuteur, ce frère, cette sœur, « hors sol » ce compatriote furtif, en errance, dans le temps et l’espace. Comment ramener à la réalité des compatriotes éprouvant une réelle difficulté et même une souffrance à se situer ici, là et maintenant, en 2021, dans leur pays.  Et si paniqué par le covid mutandis.

Ouvrons – nous sur l’universel et à la rationalité. En pensant Global( surtout avec les inattendus climatique et des virus sans âme)  pour mieux agir local !

Quid quand la liberté individuelle devient liberticide et peut conduire à un auto- génocide ? Mais que suis-je sans l’autre ? Sans son influence édificatrice de mon esprit, je ne suis presque rien.  Toute relation enrichissante exige la différence, l’apport mutuel permettant aux protagonistes du dialogue d’enrichir l’un et l’autre leur entendement singulier. Ne pouvant pas nous dédoubler ou nous reproduire par clonage, nous avons besoin de l’autre, de son image mental, pour soupeser des points de vue divers (Axel Khan)

Travaillons donc à bien penser pou pa lésé plim . C’est-à-dire : penser sainement, avec l’intelligence du cœur et de la raison, mais toujours d’une manière pragmatique et positive. Oui aux vaccins ! Et aux progrès sans cesse amélioré de la science et des technologies.

Refusons ce monde de l'aliénation, des ti- mal,  qui interdit les autoroutes de la liberté, de l’effort, des ambitions légitimes et du savoir. Et de l’espérance.

Les populistes, les réductionnistes, les apôtres de la pensée parcellaire et des « yaka »,  les toutbitenlogs   comme on le constate ne dorment jamais. Refusons ce monde de la caricature qui transforme les vérités en mensonges et les mensonges en vérités. C'est le monde de la désinformation, de la dénonciation toujours vertueuse devenue menaçante,  avec des sources tronquées,  mensongères, des messages avariés de prophètes et de tribuns « messianiques ».

Osons penser et agir en fils de Guadeloupe, mais de notre siècle avec l’avenir comme horizon. Combattons les fausses évidences, la paresse intellectuelle, la carence imaginative d’idéologues colériques, les fannkyou, toujours prêts à nous imposer les problématiques jamais centrés sur nos réalités et nos urgences .

Plus que jamais nous affirmons qu’il faut d'abord savoir penser,  pour penser avec les médias, les politiciens, les idéologues, , la finance, les religions et les sectes !

L’eau de moussache n’est pas du lait. Le canada dry n’est pas le whisky. Nos rimèd razié( utiles pour booster notre santé)  n’est pas le vaccin.

OUI mon cher et si précieux Ernest Pépin  ( Au verso du silence) « ...Car nous avons ôté de nos pieds les vieilles sandales de peur et de honte. Et dans nos mains. Demain fléchant la huppe des cannes. Demain déminé( ndlr avec aussi le vaccin) le jour s’ouvre devant l’étrave de notre aller. Notre aller est en nous-mêmes. La ritournelle sera belle »

DURIZOT JOCELYN( Président de l’Union, des journalistes et Médias e de la Guadeloupe( UJMG). Doyen des rédacteur en chef de Guadeloupe)   

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.