Le nombre de cas positifs sur une semaine pour 100.000 habitants) s’établit à 194,7.

La situation épidémiologique en semaine 40 (du lundi 28 septembre au dimanche 4 octobre)  s’est améliorée très sensiblement mais reste préoccupante. Ce n’est pas le moment de se relâcher…mais on peut espérer !

4 raisons de se réjouir malgré des chiffres encore très élevés :

Le taux d’incidence (le nombre de cas positifs sur une semaine pour 100.000 habitants) s’établit à 194,7, alors qu’au cours des 3 précédentes semaines, il dépassait 250 et avait même atteint 299 en semaine 38. Il reste toutefois un peu plus élevé pour la tranche des 65 à 74 ans, de sorte que les mesures de  protection envers elles doivent être renforcées.

734 nouveaux cas ont été détectés par les tests PCR ; c’est beaucoup mais nettement moins qu’en semaine 39 où il y en avait eu 1070.

Le taux de reproduction (qui indique le nombre théorique de personnes qu’un individu infecté peut contaminer) est passé de 0,92 en S 39 à 0,70.

Le taux de positivité aux tests PCR a lui aussi baissé : il est de 19/100 à comparer à 22,5 en S 38.

Mais 3 raisons de s’inquiéter demeurent :

20 nouveaux décès, ce qui porte à 77 le nombre total de victimes du coronavirus, plus d’hommes que de femmes et surtout un âge moyen bien différencié selon le genre (77 ans pour les femmes et 72 ans pour les hommes).

82 nouvelles hospitalisations dont 12 en réanimation ; les tensions hospitalières, du fait d’un nombre de sorties moindre, sont  importantes malgré le renfort par le service de santé des armées. Si les personnes admises dans les hôpitaux sont pour l’essentiel très âgées ou atteintes de co-morbidité, 2 enfants de 3 et 7 ans ont dû l’être aussi.

6 clusters encore, dont 3 nouveaux sont en cours d’investigation par l’ARS.

Les mesures préfectorales découlant de la situation :

La vigilance restant de mise, le préfet n’envisage pas dans l’immédiat d’assouplir les mesures en vigueur à 2 exceptions près :

Les restaurants, à l’instar de ce qui a été décidé pour Paris, Marseille et Aix-en-Provence (comment aurait-il pu en être autrement ?) pourront rouvrir dès ce mercredi  en semaine comme en WE jusqu’à minuit sous réserve de mesures de protection de la clientèle et du personnel.

Se conformant à l’ordonnance de référé du tribunal administratif du 3 octobre, le préfet détermine par un nouvel arrêté les conditions d’ouverture dès le 7 octobre, des salles de sport et les activités susceptibles d’y être pratiquées.

Que penser de ces mesures ?

 Le seuil d’alerte maximale est déclenché lorsque 3 conditions sont réunies : un taux d’incidence dépassant 250 pour 100.000 habitants et 100 chez les personnes âgées et la part des patients COVID en réanimation 30%. Le 1er critère n’étant plus rempli, la question du maintien de l’alerte maximum est discutable Si la situation s’améliore au cours de la semaine 41, la Guadeloupe devrait être placée en alerte renforcée.

Il est permis de s’interroger sur le maintien de la fermeture des bars alors qu’ils  accueillent quasiment tous la clientèle en terrasses, qu’il n’apparaît pas a priori plus difficile pour eux que pour les restaurants d’adopter des mesures de protection et que leur fermeture pourrait  inciter à des regroupements échappant à tout contrôle chez les particuliers.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Please publish modules in offcanvas position.