Bienvenue sur newsantilles.com
<div style="background-color: none transparent;"><a href="http://www.ikiloop.com/" title="link">here</a></div>
                 Le monde

Le Conseil Général a tenu sa 4ème Commission Permanente de l’année

La commission permanente de l’Assemblée Départementale s’est réunie le jeudi 13 juin 2013. Les élus se sont ainsi prononcés sur les dossiers ayant notamment trait aux compétences départementales suivantes :

INSERTION

La collectivité départementale accompagne les acteurs de terrain

Dans le cadre du dispositif partenarial d’amélioration de l’habitat, le Conseil Général cofinancera un certain nombre de projets présentés à l’occasion des réunions de la commission des financeurs. Les montants à allouer sont respectivement de :

< !--[if !supportLists]-->- < !--[endif]--> 177 527.00 euros pour les bénéficiaires de droit commun,

< !--[if !supportLists]-->- < !--[endif]-->297 665.51 euros pour les bénéficiaires du RSA,

Il convient de rappeler que la commission des financeurs est présidée par le Conseil Général et réunit outre le Département, l’Etat, le Conseil Régional, la Caisse d’Allocation Familiale et Guadeloupe Habitat (interface pour la mise en place des prêts).

Le Plan Départemental d’Insertion en action

Conformément à la première résolution du 13ème congrès des élus visant la réduction des inégalités alimentaires et soulignant la nécessité d’amplifier la pratique régulière de sport en milieu défavorisé et de susciter une politique tarifaire adaptée aux budgets précaires, le Conseil  Général reconduira le dispositif d’aide à la pratique artistique et sportive en faveur des jeunes issus de foyers bénéficiaires du RSA.

Pour rappel, les barèmes de prise en charge sont les suivants :

ACTIVITES ARTISTIQUES — MONTANT DE LA PRISE EN CHARGE

Tarif mensuel

Ce que verse le Conseil Général

Ce que paie l'allocataire

chaque mois

20€

10

10€

30€

20€

10€

40€

25€

15€

50€

35€

15€

60€

45€

15€

ACTIVITES SPORTIVES — MONTANT DE LA PRISE EN CHARGE

Tarif annuel du Club

(Hors licence, tenues et matériel)

Ce que verse le Conseil Général

Ce que paie l'allocataire pour l'année

100€

50€

50€

150 €

90 €

60 €

200 €

120 €

80 €

250 €

160

90

300€

200€

100€

Par ailleurs, une subvention de 1 725 euros sera allouée au Centre Communal d’Action Sociale de Morne-à-l’Eau pour la mise en place de l’opération « Jeunes, acteurs de vie ».  Rappelons, qu’en 2011, dans le cadre des Journées Départementales de l’Enfance, 53 jeunes avaient participé activement à cette manifestation. Suite au bilan positif et à la demande des jeunes et des intervenants, les travailleurs sociaux ont proposé de la renouveler afin de permettre aux jeunes de poursuivre l’apprentissage des activités d’arts plastiques, musicales et physiques.

Cette action qui mobilise des agents des CCAS (Abymes et Morne-À-L’eau), les travailleurs sociaux de la CAF et du Conseil Général participe aussi de la prévention de la délinquance au travers d’ateliers tels que le recyclage artistique, la percussion, danses R’nB et traditionnelle, slam.

En outre, l’association d’Aide aux Victimes et d’Informations Juridiques (AVIJ 97) bénéficiera d’une aide de 12 000 euros à titre de contribution à l’aide aux victimes et à la prévention de la délinquance.

AVIJ 97 développe dans neuf communes (Trois Rivières, Sainte-Rose, Morne-A-L’eau, Capesterre-Belle-Eau, Deshaies, Goyave, Pointe-Noire, Lamentin et Vieux-Habitants) des actions individuelles telles que l’écoute et le conseil aux personnes victimes d’agressions, l’information sur les voies de recours, le fonctionnement de la justice, l’indemnisation, la prise en charge psychologique et l’orientation vers un avocat. Au plan collectif, l’association intervient dans les collèges pour tenir des rencontres d’information à visée préventive, permettant notamment la prise de conscience des élèves sur les conséquences judiciaires des actes de violence, d’incivilité ou de délinquance.

L’association souhaite étendre ses prestations à l’ensemble des communes de la Grande Terre et envisage pour cela de recruter 5 adultes relais formés à l’aide aux victimes. La gendarmerie, l’administration judiciaire et l’association des maires y sont favorables.

Enfin, le Conseil Général attribuera une subvention de 7 000 euros à l’association FAM d’ART afin de mettre en œuvre un projet de redynamisation sociale au profit de femmes bénéficiaires du RSA âgées de plus de 50 ans résidant sur le territoire de Baie-Mahault. Il s’agira, principalement, au travers d’ateliers (couture, informatique, relooking et accompagnement  social) de redonner confiance à ces femmes, très éloignées de l’emploi, afin de leur permettre de s’inscrire dans une dynamique de projets professionnels.

L’action concernera globalement dix femmes et sera conduite par des intervenants qualifiés, salariés de l’association, sur une durée de 6 mois à raison de 5h/semaine.

Le public sera repéré et orienté par l’antenne locale d’Insertion, le CCAS de Baie-Mahault et l’association Fam d’Art elle-même.

La collectivité départementale œuvre pour le développement de l’économie solidaire

Les associations gestionnaires d’épiceries solidaires ALTERNATIVE 119 (Vieux-Habitants) et BETHEL SOLIDARITE (Moule) se verront allouer chacune une subvention de 10 000 euros au titre de soutien au fonctionnement des épiceries solidaires, dont elles sont gestionnaires.

Respectivement créées en 2009 et 2010, ces épiceries, dont l’activité s’inscrit dans le champ de la lutte contre les exclusions, s’emploient, outre la distribution des colis alimentaires, à recréer le lien social et à assurer à leurs usagers l’accompagnement social nécessaire à leur insertion ou leur réinsertion sociale et professionnelle.

Avec l’appui des professionnels sociaux et médico sociaux, elles  contribuent au bien-être des personnes ou familles bénéficiaires des minimas sociaux, à faible revenu ou exclues des réseaux d’aide sociale institutionnels.

En outre, la collectivité départementale subventionnera quatre opérateurs agréés intervenant dans le champ de l’économie solidaire. Ces derniers mettent en place un accompagnement social et professionnel des personnes les plus éloignées de l’emploi qui doit leur permettre à terme de s’insérer dans le monde du travail.

Les activités de ces structures concernent notamment le service à la personne, les services liés à la gestion de l’environnement et les services favorisant le développement local (activités touristiques, culturelles, artisanales, agricoles, restauration…).

OPERATEURS

SECTEUR D'ACTIVITE

NATURE DE LA SUBVENTION

MONTANT

MEDICA Assistance

Services à la personne

Aide à l’investissement

15 000 €

2 APV

Services à la personne

Aide au poste de cadre

Aide à l’investissement

7 622 €

15 000 €

La Clé d’Ut

Atelier Chantier d’Insertion

Aide au poste de cadre

Aide à l’investissement

7 622 €

15 000 €

Manutention Caraibe

E.I. dépotage

Aide au poste de cadre

7 622  €

Le Conseil Général soutient les collectivités dans la mise en œuvre

de leur Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS)

Le CUCS prévoit la réalisation d’actions ciblées sur les thématiques suivantes : éducation et accès aux savoirs, emploi et développement économique, prévention de la délinquance, santé et accès aux soins, logement et habitat, culture et expression artistique, lien social et participation à la vie publique, accès aux droits et lutte contre les discriminations.

Le Conseil Général, en tant que signataire du CUCS 2007-2014 conclu entre l’Etat, les communes de la communauté d’agglomération Cap Excellence, les villes du Gosier et de Baie-Mahault, le Conseil Régional, accompagnera un certain nombre d’opérations pour un montant global de 177 545 euros, et notamment :

OPERATEURS ASSOCIATIFS

ACTIONS

MONTANT ALLOUE

Accolade Caraibes

Prise en charge des personnes sous main de justice

15 000,00 €

Accolade Caraibes

Hébergement  des personnes sous main de justice

8 000, 00  €

Aka jaklin

Lieu  de partage et de transmission

30 600,00 €

ACSAD

Musique en prison

3 000,00 €

GUADAV

Accueil  et accompagnement  des victimes d’infractions pénales

7 000,00 €

GUADAV

Centre d’accueil des victimes mineures de violences (CEMIV)

4 000,00 €

Association MQLW

Accompagnement des publics en difficulté

4 000,00 €

Croix Rouge Française

Equipe mobile d’intervention sociale

10  000,00 €

Ka Zot Ka Fé Ban Nou

Eco citoyenneté et amélioration du cadre de vie autour du parc de Lacroix

5 000,00 €

Maison des Adolescents

Atelier diététique « manjé  bien ,manjé péyi »

2 000  €

ORSAG

Diagnostic local de santé

3 000 €

FORACC

Mieux vivre dans le quartier

2 000 €

Ecole Régionale  de la 2ème chance

Parcours prévention Santé

3 000 €

GIP Réseaux de santé publique

Accompagnement social des personnes sous main de justice

10 000 €

DJOK

Découverte des Arts martiaux caribéens        Etni savat Ka

2 000 €

Pou son la zik

Musique et citoyenneté

3 000 €

Cap Excellence

Contribution à l’ingénierie du CUCS (portage de l’équipe projet)

36 398 €

Cap Excellence

Atelier santé Ville

4 915 €

Les amis de la natation

Familiarisation, apprentissage, perfectionnement natation, sauvetage

5 132 €

AGRICULTURE - ENVIRONNEMENT

Le sentier de Grande Randonnée bientôt réhabilité

Dans le cadre de sa compétence en matière d’accueil du public en forêt et de maîtrise d’ouvrage du Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée, le Conseil Général souhaite réhabiliter le sentier de Grande Randonnée (GR).

Le GR est un sentier difficile, réservé aux personnes averties qui sur une durée de 6 jours peuvent traverser l’île de la Basse-Terre de Vieux-Fort à Sainte-Rose. Il est de ce fait un outil d’attractivité écotouristique et ce d’autant qu’il est actuellement promotionné par le Topoguide – guide de randonnée édité par la FFRP (fédération française de randonnée pédestre) en partenariat avec le Conseil Général.

L’itinéraire emprunte plusieurs traces entretenues de façon régulière mais également des tronçons non-ouverts ou particulièrement abîmés. Les travaux prévus s’intéressent donc aux portions en mauvais état qu’il convient de mettre à niveau (réfection de voies d’eaux, de marches, l’élagage et le débroussaillage).

Sis dans le cœur de  Parc, l’établissement Parc National, compte tenu de la fragilité de ces zones, participera à la définition des travaux, des prescriptions à respecter et accompagnera le suivi des opérations.

Ce projet d’un montant prévisionnel de 85 580 euros, cofinancé par le FEADER, sera pris en charge à 40% par le Conseil Général soit 34 232 euros.

Le Conseil Général aux côtés de Sainte-Anne pour une meilleure gestion des déchets

La commune de Sainte-Anne se verra attribuer une subvention de 80 000 euros pour la construction d’une déchetterie sur le site de Délair.

Cette structure permettra la collecte des différents déchets occasionnels des ménages qui ne peuvent être collectés avec les ordures ménagères. Il s’agit notamment des encombrants, gravats, déchets verts, déchets dangereux en quantité diffuse. Ainsi, elle participera à la diminution des dépôts sauvages dans le paysage guadeloupéens.

Il s’agit d’une première étape vers la collecte sélective qui doit compléter ce dispositif au cours du premier semestre 2013.

Ce projet participe au renforcement du réseau de déchetteries selon le maillage du territoire prévu par le PDEDMA.

ACTION SOCIALE

Le Conseil Général œuvre pour un dépistage de proximité du VIH

La collectivité départementale signera une convention avec le COREVIH  Guadeloupe - Saint-Martin – Saint – Barthélémy, organisation territoriale de référence qui concourent à la prise en charge globale médicale, psychologique et sociale des patients atteints du VIH et à la lutte contre l’infection en général. Ce partenariat vise à améliorer le dépistage de l’infection du VIH grâce à la mise en place d’un programme de proximité par l’utilisation des TROD (Test  Rapide à Orientation Diagnostic). Pour ce faire, le personnel de PMI sera formé  à son utilisation.

CULTURE- PATRIMOINE

Cérémonie de remise des prix de la

10ème édition du Concours d’Ecritures Créoles le 19 juin !

Le Concours d’Ecritures Créoles a été mis en place par la collectivité afin de permettre à l’ensemble des collégiens du département de s’exprimer à l’écrit, tant dans la langue créole que sur la culture créole, ceci à propos d’une problématique précise ; l’opération est conjointement menée avec le Rectorat.

Inscrit dans le cadre de la Semaine Académique du Créole à l’Ecole, ce concours a permis à des élèves en classes de 5e à 3e, de disserter sur une question identitaire “Ola nou sòti ? Ka nou yé ? Ola nou vlé ay ? ”.

La cérémonie de remise des prix se tiendra le mercredi 19 juin 2013 à 14h30, au Fort Fleur d’Epée au Gosier. Elle permettra de récompenser 30 lauréats, en présence des élèves et leurs parents, des chefs d’établissements, des professeurs, du Recteur d’Académie et autres personnalités.

L’opération est placée sous le parrainage d’Harry KANCEL, homme de théâtre, comédien, metteur en scène, enseignant ; il a fondé sa propre troupe : Le Théâtre Pawòl a Nèg Soubarou. Par son engagement, Harry KANCEL a contribué largement au développement de ce domaine artistique, malheureusement encore insuffisamment représenté en Guadeloupe.

Le Moulin de L’Anglais au Moule sera réhabilité

Situé au Moule, le Moulin de l’Anglais est un ancien moulin qui servait à broyer la canne dans le processus de fabrication du sucre. La rénovation de la tour et de l’intérieur du bâtiment ainsi que la réfection de la toiture, dans le respect de son architecture d’origine participera à la valorisation de cette zone rurale du Moule et à la sauvegarde de ces témoins des pratiques agricoles d’antan.

Au regard de son intérêt architectural et patrimonial, le Conseil Général  accompagne ce projet à hauteur de 10 000 euros. Ce dernier s’inscrit dans le cadre du dispositif d’aides départementales pour le Patrimoine Rural bâti Non Protégé (PRNP) et permet  ainsi d’aider les propriétaires publics et privés à conserver et préserver des édifices bâtis non protégés.

Le Département acteur du monde culturel

Conformément à sa politique culturelle, le Conseil Général développe son action dans deux directions : mettre la culture à la portée du plus grand nombre et faire de la culture un outil de développement et de rayonnement des territoires.

A l’occasion de cette Commission Permanente la collectivité a procédé à l’attribution d’une enveloppe globale de 60 500 euros à diverses associations dont notamment :

NOM DU DEMANDEUR

INTITULE DE LA MANIFESTATION

MONTANT ATTRIBUE

Comité d’Animations Sportives et Culturelles (CASC)

Organisation de la 26ème édition du Festival de Gwoka

15 000 €

Ville de BAIE-MAHAULT

Organisation du festival des Voix d’ici et d’ailleurs

15 000 €

Fédération régionale de danse

Réalisation programme annuel « Evènements de la danse 2013 »

3 000 €

Association ETC_CARAIBE

Réalisation de son programme de soutien aux auteurs dramatiques caribéens

2 000 €

Association KARIB ART

Réalisation d’une exposition d’art plastique

4 000 €

Association DES GOMMIERS

Réalisation d’un atelier d’arts plastiques permanent

4 500 €

Editions JASOR

Edition de cinq ouvrages

4 500 €

Ville de POINTE-A-PITRE

Organisation d’un festival de chant choral

2 000 €

Le catalogue de l’exposition permanente de l’Habitation Murat est disponible à la vente

Une exposition permanente d’une partie des collections de l’écomusée de Marie-Galante a été installée en 2012 au rez-de-chaussée de la maison de maître rénovée de l’habitation Murat. Un catalogue de 95 pages de textes et d’illustrations de cette exposition intitulée « Trésors populaires du quotidien » est désormais disponible à la vente au prix de 10 € pour les visiteurs. Le catalogue a été tiré à 1000 exemplaires.

Une programmation culturelle riche

au Musée Edgar Clerc et au Parc archéologique des Roches Gravées

Dans le cadre de la programmation culturelle du Conseil général au titre de l’année 2013, et de sa démarche d’élargissement des publics, le musée Edgar Clerc et le parc archéologique des roches gravées participeront aux manifestations nationales et internationales suivantes : « Les rendez-vous aux jardins » (1er et 2 juin 2013) et « Les journées européennes du patrimoine » (13 au 15 septembre 2013). Le musée Edgar Clerc participera également aux manifestations « Les journées de l’archéologie» (7 au 9 juin 2013) et la Fête de la science (novembre 2013, pour les scolaires).

Différentes activités destinées à promouvoir la connaissance de notre passé et de notre environnement à travers les découvertes archéologiques seront proposées aux visiteurs :

< !--[if !supportLists]-->· < !--[endif]-->médiation scientifique sur les apports de l’archéologie dans l’histoire de la Guadeloupe : exposition temporaire sur des fouilles récentes, visites guidées, expositions thématiques,

< !--[if !supportLists]-->· < !--[endif]-->ateliers découvertes pour les enfants et les familles : pratiques artistiques héritées des Amérindiens (vannerie, calebasse…), initiation à la fouille, introduction aux usages des plantes, jeux-découvertes.

Une enveloppe de 10 000 euros est consacrée à l’ensemble de ces actions.

JEUNESSE ET SPORT

Tour cycliste de la Guadeloupe : en selle pour la 63ème édition !

Le Comité Régional de Cyclisme de la Guadeloupe se verra allouer une subvention de 50 000 euros pour l’organisation de la 63ème édition du Tour Cycliste de la Guadeloupe prévue du 2 au 11 août 2013. Cette manifestation, inscrite au calendrier international de l’U.C.I. (Union Cycliste Internationale), est considérée comme l’un des évènements sportifs majeurs de notre Département en raison de sa popularité et de la représentativité des coureurs invités à y participer. Les performances accomplies par les coureurs à cette occasion, suscitent engouement et ferveur du public, qui chaque année se presse par milliers sur les routes de la Guadeloupe pour  prodiguer leurs encouragements à ces valeureux sportifs.

La collectivité départementale aux côtés de nos sportifs

L’Etoile de Morne-à-l’Eau se verra attribuer une subvention de 7 000 euros afin de permettre à son équipe senior masculin d’aller disputer les finalités du Championnat de France de handball de N.3 prévues du 12 au 16 juin 2013 au Stade Pierre de COUBERTIN en Métropole.

Cette équipe qui s’est brillamment qualifiée aux dépens de l’ASSUP lors des plays off de handball qui se sont déroulées le mois dernier au Palais des Sports Paul CHONCHON de Pointe-à-Pitre, est considérée par les spécialistes de la discipline comme l’une des meilleures du département, eu égard à l’excellence de ses  résultats au cours de ces dernières années.

 

Par ailleurs, la Ligue Guadeloupéenne de Volley-Ball recevra une enveloppe de 5 000 euros pour la réalisation de son programme d’activités, articulé autour des  grands axes que sont la formation, les compétitions locales & Antilles-Guyane, les grands évènements sportifs, avec pour temps fort : l’organisation de la deuxième phase qualificative des Championnats du Monde de Volley-Ball,  qui se dérouleront les 15 et 16 juin 2013, au Hall des Sports « Paul CHONCHON » de Pointe- à-Pitre.

Commentaire(s) : (0) Clics: 1972

Le Conseil Général a tenu sa 2ème Commission Permanente de l’année

< !--[if gte mso 9]> Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 < ![endif]-->

< !--[if gte mso 9]> < ![endif]-->< !--[if gte mso 10]> < ![endif]-->

La commission permanente de l’Assemblée Départementale s’est réunie le jeudi 28 mars 2013. Les élus se sont ainsi prononcés sur les dossiers ayant notamment trait aux compétences départementales suivantes :

JEUNESSE ET SPORT

Le département, partenaire du mouvement sportif

La Collectivité Départementale consacre chaque année une part importante de son budget au sport par le biais de subventions aux associations, ligues et comités sportifs aux fins de financer leurs activités. Pour rappel, ces structures doivent s’inscrire dans un « projet de Club » prenant en compte plusieurs critères : Toucher en priorité un public jeune/ Rayonnement de l’association au niveau départemental/ Effort de formation des dirigeants de l’association.

A l’occasion de cette Commission Permanente la Collectivité a procédé à l’attribution d’une enveloppe globale de 232 000€ à une quarantaine d’associations et comités sportifs pour le financement de leurs activités dont notamment:

ORGANISME

OBJET

MONTANT

DISTRICT MARIE-GALANTAIS DE FOOTBALL

DMGF

SUBVENTION POUR AIDER AUX DEPLACEMENTS DES EQUIPES DE FOOTBALL DE MARIE-GALANTE DANS LE CADRE DE LA CONTINUITE TERRITORIALE - SAISON 2012/2013

25 000 €

UNSS

SUBVENTION POUR LA REALISATION DE SON PROGRAMME D'ACTIVITES :

MANIFESTATIONS SPORTIVES :

§ CROSS COUNTRY (phases finale départementale)

§ SPORTS COLLECTIFS ET INDIVIDUELS "COLLEGIALES" TRANSPORTS

§ ORGANISATION DES TRANSPORTS AU NIVEAU LOCAL ET INTEGRATION DE L'UNSS LE MERCREDI APRESMIDI (temps scolaire)

§ ORGANISATION DES DEPLACEMENTS EN METROPOLE LORS DES CHAMPIONNATS DE France UNSS

10 000

LIGUE GUADELOUPEENNE DE TENNIS DE TABLE

SUBVENTION POUR LA REALISATION DU PROJET "CHALLENGE JEUNES REGIONAL DE TENNIS DE TABLE INTER-QUARTIER" LES 16, 17 ET 18 MAI

2013

4 000

COMITE REGIONAL DE BOXE DE LA GUADELOUPE

SUBVENTION POUR SA PARTICIPATION A UN TOURNOI DE BOXE AMATEUR DES PAYS CREOLOPHONES EN GUYANE DU 18 AU 21/12/2012

4 000

COMITE REGIONAL OLYMPIQUE

ET SPORTIF DE LA GUADELOUPE

(CROSGUA)

SUBVENTION POUR LA REALISATION DE SON PROGRAMME D'ACTIVITES :

TSG 2012 (TROPHEE DU SPORT GUADELOUPEEN)/ DEPLACEMENT DE LA DELEGATION SPORTIVE CANOC JEUX DES CARAIBES /40EME ANNIVERSAIRE DU CROSGUA

20 000

LIGUE D'ATHLETISME DE LA GUADELOUPE

SUBVENTION POUR LA REALISATION DE SON CONTRAT D'OBJECTIFS 20122016 § PREPARATION DES ATHLETES EN VUE DES GRANDES ECHEANCES NATIONALES ET INTERNATIONALES (CARIFTA GAMES, CHAMPION NAT DE France ET SELECTION EN EQUIPE DE France)

20 000

LIGUE GUADELOUPEENNE DE FOOTBALL

SUBVENTION AU TITRE D'UN PARTENARIAT AVEC LA LIGUE DE FOOTBALL POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA DISCIPLINE

50 000

LIGUE REGIONALE DE TRIATHLON DE LA GUADELOUPE

SUBVENTION POUR LA REALISATION DE SON PROGRAMME D'ACTIVITES : § TRIATHLON LONGUE DISTANCE GWADELOUP TRI 113/ DEPLACEMENT DE TRIATHLETES/ ORGANISATION DES CHAMPIONNATS DE DUATHLON ET DE TRIATHLON JEUNES

7 000

COMITE REGIONAL D'HALTEROPHILIE MUSCULATION, FORCE ATHLETIQUE ET CULTURISME DE LA GUADELOUPE

SUBVENTION POUR LA REALISATION DE SON PROGRAMME D'ACTIVITES 2012 2013 : CRITERIUMS DES JEUNES / CHAMPIONNATS DE GUADELOUPE / CHAMPIONNATS DE France/ CHAMPIONNATS DES ANTILLESGUYANE / GRAND PRIX FERAL JEUNES…….

4 000

COMITE REGIONAL DE NATATION DE LA GUADELOUPE

SUBVENTION POUR LAREALISATION DE SON PROGRAMME D'ACTIVITES 2012 2013

7 500


CULTURE

Le Département, acteur du rayonnement culturel

A l’occasion de cette Commission Permanente la Collectivité a procédé à l’attribution d’une enveloppe globale de 21 000€ à divers organismes dont les projets contribuent au rayonnement des artistes amateurs ou professionnels de la Guadeloupe, dont notamment :

Le Musée Schœlcher accueille la 4ème édition de Carte Blanche

En 2010, le Conseil Général, au travers du musée Schœlcher a lancé Carte blanche, un nouveau concept d’exposition temporaire ouverte à tous les publics et inscrit dans le paysage culturel local. Dans ce cadre, le musée ouvre son espace aux plasticiens de Guadeloupe et à l’expression contemporaine par le biais de créations originales en lien avec l’espace muséal.

Cette 4ème édition se déroulera de juin 2013 à avril 2014 et le second semestre 2013 sera quant à lui consacré à la création des œuvres. Ainsi, durant une semaine, le Conseil Général mettra à la disposition des artistes l’Habitation La Ramée à Sainte-Rose afin que les différents publics puissent rencontrer les artistes et échanger avec eux autour de leur projet. De plus des ateliers arts plastiques à destination des scolaires seront animés par le service éducatif du musée Schoelcher et auxquels participeront les artistes.

L’exposition qui en résultera sera présentée au musée Schœlcher du 13 janvier 2013 au 25 avril 2014.

Soucieux de pérenniser cette manifestation au succès croissant, la commission permanente du Conseil Général a alloué une enveloppe de 15 000 € à la 4ème édition de Carte Blanche.

Le Conseil Général soutient l’organisation du séminaire-atelier

« Patrimoines issus de l’esclavage et approches éducatives »

Résultant d’une concertation étroite entre le Conseil Général, l’Institut National du Patrimoine, le Ministère de la Culture et de la Communication et le Rectorat de Guadeloupe, ce séminaire-atelier vise à mettre l’accent sur l’échange entre enseignants et responsables patrimoniaux. Il se déroulera du 10 au 14 juin 2013 et comprendra des sessions au fort Fleur d’Epée (Gosier) ainsi que des visites de sites patrimoniaux.

Il s’agit ainsi d’ouvrir de nouvelles perspectives de collaboration et de réseaux, de création de ressources mais aussi de médiations innovantes adaptées aux publics scolaires.

Pour ce faire, le séminaire-atelier « Patrimoines issus de l’esclavage et approches éducatives » s’appuiera sur l’existant en Guadeloupe – route de l’esclave, établissements culturels, patrimoine immatériel – tout en favorisant la présentation des expériences martiniquaise et guyanaise.

Afin de contribuer à l’organisation de cet événement, la participation du Conseil Général s’élèvera à 14 316 euros.

Pour rappel, le séminaire est ouvert aux professionnels de la culture et du patrimoine de l’Etat, des collectivités territoriales et des associations ainsi qu’aux personnels de l’éducation nationale. Une journée sera consacrée à tous les publics.

3ème édition du Congrès international des écrivains de la Caraïbe :

la Médiathèque Caraïbe du Conseil Général met la Mulâtresse Solitude à l’honneur

La troisième édition du congrès international des écrivains de la Caraïbe, initiée par la collectivité régionale, se déroulera du 10 au 13 avril 2013, au complexe hôtelier Langley Fort Royal de Deshaies. Le thème retenu pour cette édition, placée sous le parrainage de l’écrivain américain Russel Banks est « Une épopée collective, les combats de liberté, vérité historique et fiction romanesque dans les littératures caribéennes »

La Médiathèque Caraïbe du Conseil Général, centre ressource documentaire spécialisé, apporte son concours et son expertise à la manifestation dans le cadre d’une soirée à destination des congressistes et du public sera organisée autour de la figure emblématique de la Mulâtresse Solitude.

Le travail réalisé autour de l’œuvre de l’écrivain André Schwarz-Bart, à travers l’exposition intitulée « la Mulâtresse Solitude construction d’un mythe identitaire contemporain », sera ainsi présenté à cette occasion. Il sera accompagné d’une prestation musicale du trio de Jean-Michel Lesdel, de prestations artistiques de danseurs, de plasticiens et de comédiens en lien avec le thème du congrès et plus particulièrement du personnage de la Mulâtresse Solitude.

2ème édition du Concours « Livres jeunesse en Caraïbe » :

Le Département valorise les talents littéraires et artistiques

Lancée en Décembre 2012 avec une date de remise des manuscrits au 30 avril 2013, la deuxième édition du « Concours Livres Jeunesse en Caraïbe » ainsi que la publication de l’album jeunesse du lauréat, a pour objectif de susciter l’émergence de jeunes talents littéraires et artistiques : auteurs, illustrateurs pour les jeunes enfants (0 à 6 ans). Par conséquent, le concours s’attache davantage à l’accompagnement de ceux qui veulent écrire pour la jeunesse et se construit autour d’un partenariat fort avec le réseau des bibliothèques municipales.

Constitué d’élus du Conseil Général, de professionnels et spécialistes du livre de jeunesse, et de représentants des partenaires et institutions, le jury se réunira durant la deuxième semaine de juin pour désigner le manuscrit lauréat.

Monsieur Alex Godard, auteur-illustrateur d’albums jeunesse, originaire de Marie-Galante a été sollicité en tant que spécialiste reconnu pour faire partie du jury. Sa venue dans notre département sera l’occasion d’animer une conférence et de rencontrer ses jeunes lecteurs dans les bibliothèques du département dans le cadre de l’opération « Secrets d’albums ».

 

Commentaire(s) : (0) Clics: 2082

Le Conseil Général a tenu sa 1ère Commission Permanente de l’année

< !--[if gte mso 9]> Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE < ![endif]-->

< !--[if gte mso 9]> < ![endif]-->< !--[if gte mso 10]> < ![endif]-->

Le Conseil Général a tenu sa 1ère Commission Permanente de l’année

La commission permanente de l’Assemblée Départementale s’est réunie le jeudi 28 février 2013. Les élus se sont ainsi prononcés sur les dossiers ayant notamment trait aux compétences départementales suivantes :

ACTION SOCIALE

Le Conseil Général accompagne les acteurs de terrain

Les agences départementales d’information sur le logement, associations régies par la loi de 1901, ont pour vocation d’informer gratuitement la population et les professionnels du secteur en matière de logement. Il s’agit de les aider à mieux connaître leurs droits et leurs devoirs, à l’exclusion de tout acte commercial, administratif, financier ou contentieux. Afin d’assurer le développement de son action, le Département apporte son soutient à « ADIL 971 » en lui versant la somme de 100 000 euros.

Dans le cadre de son centre de loisirs sans hébergement et d’accompagnement, l’association Laliwondaj a ti Moun se verra attribuer une subvention de 11 000 euros pour la mise en place d’ateliers culturels de développement personnel basé sur la lutte contre l’illettrisme et d’ateliers d’hygiène alimentaire et de prévention de l’obésité. Ces ateliers qui s’inscrivent dans le cadre du Schéma Départemental de l’Enfance, de la Jeunesse et de la Famille, sont organisés au bénéfice des publics des Zones d’Education Prioritaire.

Renouvellement de la convention avec la COM de Saint-Barthélémy

Depuis le 1er janvier 2008, une convention est passée chaque année avec la COM de Saint-Barthélemy, afin qu’un médecin du service de Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Département de la Guadeloupe, réalise chaque mardi du mois, des vacations à Saint-Barthélemy. La COM prend en charge les frais de transport, ainsi que le coût horaire correspondant à ces périodes de vacations.

Suite à leur demande de renouvellement, la convention sera reconduite jusqu’au 31 décembre 2013.

Le Département accompagne notre jeunesse

Créées en 2009, le village Gwada ti Moun est composé de deux structures « Accueil de Loisirs » situées au cœur du Raizet, à proximité des écoles primaires et du collège. Avec une capacité d’accueil de quatre-vingt-dix enfants, ces deux structures fonctionnent actuellement en garderie périscolaire, en restauration scolaire et en accueil de loisirs. Les enfants qui fréquentent l’association sont originaires du Raizet, et notamment des Abymes et de Grand-camp.

La Convention « d’accompagnement de la jeunesse et des familles », conclut entre le Conseil Général et la Caisse d’Allocations Familiales, vise à l’accompagnement de la fonction parentale par l’épanouissement des enfants, ce qui correspond parfaitement aux initiatives de cette association. Afin de permettre à cette association d’améliorer et de développer ses activités, il a été décidé de lui accorder une subvention de 10 000 euros.

La Collectivité Départementale aux côtés des familles

Le Conseil Général a été sollicité par l’association FORCES, œuvrant pour le soutien à la parentalité. Cette action est l’un des axes d’intervention important de la Convention d’Accompagnement de la Jeunesse et des Familles passée entre la Collectivité Départementale et la Caisse d’Allocations Familiales le 20 août 2010.

En effet, dans le cadre de sa politique en faveur de l’accompagnement des familles, le Conseil Général développe depuis 2006 un partenariat avec la Caisse d’allocations familiales de la Guadeloupe. Il s’est engagé dans ce cadre à apporter son aide à la réalisation d’actions de soutien à la parentalité, et tout particulièrement en faveur du Réseau d’Ecoute, d’Appui et d’Accompagnement des Parents (REAPP).

Le REAAP, créé suite à la circulaire interministérielle du 09 mars 1999, est sous l’égide de la Direction de la Santé et du Développement Social, et regroupe une vingtaine d’associations situées sur l’ensemble du territoire guadeloupéen.

Cette action s’inscrit également dans le cadre des orientations du Schéma Départemental de l’Enfance, de la Famille et de la Jeunesse 2008-2012, adopté par l’assemblée plénière le 24 octobre 2008.

Afin de favoriser l’animation des groupes d’échange entre famille dans le cadre de du REAPP, la somme de 10 000 euros a été attribuée à l’association FORCES.

Le Conseil Général sensible la problématique de l’illettrisme chez les jeunes

Dans le cadre de ses missions de prévention, de dépistage et de formation, le Réseau Grandir a mis en place une formation afin de sensibiliser les professionnels et les acteurs de santé à la problématique des troubles spécifiques des apprentissages, appelé DYS.En France, 6 à 8 % d’enfants sont atteints de ces troubles, dont 1% présentant des troubles sévères. En Guadeloupe, selon une enquête de l’INSEE (2009), 25% de guadeloupéens âgés entre 16 et 25 ans se trouvent en situation d’illettrisme.

Suite à ce constat, l’Association GRANDIR, souhaite sensibiliser les acteurs professionnels sur deux champs principaux : la scolarité et la santé. 2 000 euros ont été alloués à l’Association Guadeloupéenne de Pédiatrie, Réseau Grandir, pour mettre en œuvre cette prévention des troubles spécifiques des apprentissages chez l’enfant en Guadeloupe.

La Collectivité Départementale accompagne les plus démunis

Les bénéficiaires du RSA dont les revenus d’activité sont inférieurs à 500 € par mois, ainsi que ceux qui n’ont aucun revenu d’activité, bénéficient certes de la Couverture Maladie Universelle-complémentaire, cependant, malgré la CMU, ils recourent peu ou trop tard à l’offre de soins pour diverses raisons, notamment culturelles et financières. Par conséquent, cette attitude au regard des pathologies récurrentes en milieu précaire complique l’accès ou le retour à l’emploi.

Le Conseil Général souhaite donc poursuivre le partenariat, qui entre dans le cadre du Programme Départemental d’Insertion, avec les réseaux de santé GIP AASPEG, HTAGWAD et KARUDIABETE en leur attribuant les subventions suivantes :

Réseau

Montant de la subvention

GIP AASPEG

30 000 €

HTA GWAD

10 000 €

KARUDIABETE

5 000 €

Le Département maintient son partenariat avec la Banque Alimentaire de Guadeloupe

La Banque Alimentaire de Guadeloupe (BAG), partenaire avec le Conseil Général et chef de file du réseau d’aide alimentaire, collecte, gère et vient en aide aux personnes et familles en situation de précarité, dans un objectif global de lutte contre les exclusions. Par le biais de ce partenariat, les usagers des services sociaux de la collectivité départementale bénéficient de colis alimentaires par l’intermédiaire de 31 associations de proximité chargées de la distribution, dont 3 épiceries sociales et solidaires qui assurent si nécessaire un accompagnement social et budgétaire.

L’approvisionnement et le fonctionnement de la BAG font intervenir plusieurs partenaires (producteurs de l’agroalimentaire, magasins de distribution, Union Européenne et particuliers….) et cela engendre donc des moyens humains, financiers et logistiques.

Compte tenu de l’utilité sociale de cette structure et de l’accroissement des besoins, a été décidé de reconduire le partenariat et de lui attribuer une subvention de 50 000€ au titre du soutien à son fonctionnement, dans le cadre du Programme Département d’Insertion.

CULTURE

Le Département, acteur du rayonnement culturel

A l’occasion de cette Commission Permanente la Collectivité a procédé à l’attribution d’une enveloppe globale de 37 500€ à divers organismes dont les projets contribuent au rayonnement des artistes amateurs ou professionnels de la Guadeloupe, dont notamment :

ORGANISME

OBJET

MONTANT

Association CARIBULLES

Organisation d’une résidence d’auteurs dans le cadre du Festival de bandes dessinées « Caribulles » 4ème édition

4 000€

Association GLISSANDO

Organisation des 20ièmes Journées de la Harpe dans la Caraïbe.

3 000€

Association APPASSIONATO

La réalisation d’un concours de piano classique.

4 000€

Association ONDINE

L’organisation de la 2ème édition du Festival « Musiciennes en Guadeloupe ».

4 000€

Association BEL VOIX TIMOUN

L’organisation d’une tournée de chant choral à Marie-Galante.

1 500€

Association DEFI-SEFRIM

Son action en matière d’éducation artistique

2 500€

Association ARTS ET NOUVELLES TECHNOLOGIES

Un projet d’écriture d’émission télévisée « Rimèd Nati ».

2 500€

Association KA ! MI NOU !

La réalisation d’un recueil de chants gwoka.

1 000€

COMMUNAUTE DES COMMUNES DE MARIE-GALANTE

L’organisation de la 14ème édition du Festival de Marie-Galante « Terre de Blues » et la mise à disposition de l’Ecomusée Murat.

15 000€

Le Conseil Général vous donne rendez-vous à la 4ème édition de Fò an Fanmi !

Suite au succès populaire des trois précédentes éditions de la manifestation « Fò an Fanmi », la collectivité reconduira l’opération du 25 au 27 mai prochains. Cet événement qui s’inscrit dans la démarche de réappropriation collective de l’histoire de la Guadeloupe, de ses héros et des sites patrimoniaux proposera, entre autres, au public, une soirée culturelle caribéenne au Fort Delgrès, une régate de voile traditionnelle reliant les forts de l’archipel et une scène ouverte aux jeunes talents, dont les lauréats de l’opération Start.

Dans ce cadre une subvention de 50 000 euros sera allouée au « Comité Guadeloupéen de Voile Traditionnelle » pour l’organisation de la régate « Bréfo Lanmè ».

AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

Un nouveau souffle pour la plage de Babin

La plage Babin à Morne-à-l’Eau, connue pour les vertus thérapeutiques de ses boues, est aujourd’hui, dans un état de délabrement, suite à la fréquentation croissante et la vétusté des aménagements. Afin de donner une nouvelle vie à ce site, le Conservatoire du littoral (CEL) a envisagé des travaux de réhabilitation et de renforcement des structures d’accueil.

Les travaux consisteraient à :

- La réorganisation des carbets et tables-bancs, l’implantation de bancs, et la construction de carbets accessibles aux personnes à mobilité réduite,

- La réalisation d’un sentier sur caillebotis à l’intérieur de la mangrove et d’un carbet d’accueil à vocation pédagogique,

- La restauration écologique d’espaces compactés,

- La reprise des voies de circulation pour limiter l’accès aux véhicules motorisés, la création de nouvelles aires de stationnement

Afin de mener à bien ce projet d’aménagement, le Conservatoire du Littoral se verra allouer une enveloppe de 8 823,24 euros.

Pour une meilleure préservation des forêts de Guadeloupe

Parmi ses compétences, le Département est en charge de l’environnement et du développement durable. C’est dans ce cadre qu’il a lancé un Diagnostic des forêts de Guadeloupe, car les 39% du territoire représentent un enjeu particulier en termes d’aménagement du territoire et de développement rural.

Cet outil d’aide à la décision a pour objectifs de :

- Cartographier les dynamiques d’évolution des surfaces de 1988 à ce jour

- Qualifier et situer ces différentes formations forestières

- Identifier les propriétaires privés

- Mettre en exergue les enjeux (protection de la ressource en eau, biodiversité…)

- Analyser et localiser les potentialités de valorisation forestière

- Proposer des orientations de gestion

Les résultats seront diffusés auprès des collectivités, des gestionnaires d’espaces naturels, des services de l’état, des professionnels du secteur, des propriétaires privés.

Afin de mener à bien cette opération, la collectivité est appuyée par un assistant à maîtrise d’ouvrage : l’Office national des forêts ainsi qu’un comité de pilotage.

De plus, elle a sollicité un cofinancement du FEADER à hauteur de 197 192,64 euros.

EDUCATION

Le Département œuvre au développement des activités socio-éducatives

Soucieux de participer au développement culturel des jeunes guadeloupéens, la collectivité attribuera des subventions à des établissements scolaires pour un montant total de 4 100 euros afin qu’ils puissent mener à bien des petits projets d’activités socio-éducatives. Des projets divers et variés seront ainsi proposés aux collégiens, notamment des actions pour l’environnement (collège Fontaines Bouillantes), la mise en place d’une pièce de théâtre (collège Germain Saint-Ruff) ou un projet pédagogique «Enregistrement d’un texte musical» (collège Sadi Carnot).

COLLEGES

PROJET

MONTANT ATTRIBUE

COLLEGE SAINT JOSEPH DE CLUNY

Voyage scolaire en Bourgogne du 3 au 12 Mai 2013 pour 35 élèves à la représentation des cérémonies de la Journée Nationale de l’esclavage

1 500 €

ABYMES BOURG

A la découverte de l’Espagne à travers Carmen

1 500 €

Richard SAMUEL

Manifestation artistique Lyann’Art

1 600 €

Collège de

MORNE A L’EAU

Etude d’une nouvelle de Patrick CHAMOISEAU : « le dernier coup de dent d’un voleur de banane » remise des prix

1 000 €

La collectivité départementale favorise la mobilité scolaire des élèves

Afin de développer la formation, de découvrir les réalités culturelles d’autres pays et d’optimiser les connaissances acquises dans le domaine linguistique, la collectivité départementale a décidé d’attribuer 38 300 euros de subventions à 10 établissements scolaires dans le cadre de séjours et d’échanges linguistiques et culturels dont :

COLLEGES

PROJET

MONTANT

ATTRIBUE

Rémy Nainsouta

SAINT CLAUDE

- Séjour linguistique à la Barbade du 16 au 25 Mars 2013 d’une classe de 3ème Internationale,

- Séjour linguistique à Cambridge en Angleterre du 20 au 29 Mai 2013 5ème Internationale

3 000 €

3 000 €

Abymes

Bourg

- Coopération pédagogique et culturelle entre la Ville de Rome et la Ville des Abymes du 20 au 30 Mai 2013 pour des élèves de 4ème suivant l’option latin-grec

3 000 €

Edmond Bambuck

Gosier

- Immersion linguistique à Miami 4ème et 3ème Sections Euro caribéenne anglais et espagnol du 03 Juin au 9 Juin 2013

6 000

Les Roches Gravées

Trois-Rivières

- Voyage linguistique et culturel vers l’Espagne (Avila, ville de castille) de la Classe de 4ème Section Internationale option Espagnol du 07 au 15 Mai 2013 22 élèves + 3 accompagnateurs

- Séjour linguistique et culturel à Madrid pour les élèves de la classe de 5ème section internationale option Espagnol du 08 au 16 Mai 2013

3 000 €

3 000 €

Albert Baclet

MARIE GALANTE

Voyage pédagogique à Barbade pour 15 élèves d’une classe de 3ème du 17 Mars au 23 Mars 2013

3 000 €

La collectivité départementale accompagne les étudiants

Chaque année le Conseil Général attribue des prêts complémentaires à la Bourse Nationale aux étudiants bénéficiaires d’une bourse dont le montant est inférieur à celui du prêt d’honneur.

Le montant de ces prêts complémentaires est calculé à partir des attestations définitives fournies par le CROUS s’agissant du niveau de la bourse octroyée aux étudiants.

Cette année, les prêts complémentaires à la bourse représentent la somme global de 3,9 millions d’euros.

Commentaire(s) : (0) Clics: 2688

Discours de Jacques GILLOT Président du Conseil Général

 

Mes chers collègues,

Chers invités,

Mesdames et messieurs les journalistes,

Mesdames et Messieurs,

Nous nous réunissons à l’occasion de notre première séance plénière de 2013 afin d’aborder deux sujets d’importance majeure qui conditionnent à la fois le présent et l’avenir de notre territoire.

Je veux parler, vous l’aurez compris, de la tenue du congrès des élus départementaux et régionaux relatif au Projet Guadeloupéen de Société d’une part, et de notre politique dans le domaine de l’insertion d’autre part.

Mais avant d’y venir en détail, mes chers collègues, je voudrais évoquer devant vous quelques éléments liés au contexte dans lequel se déroulent nos travaux.

Un élément de portée symbolique tout d’abord, avec la nomination en conseil des ministres la semaine dernière d’une Guadeloupéenne en qualité de Préfète de la Région Guadeloupe en la personne de Madame Marcelle PIERROT.

Cette nomination qui constitue une première historique fait la fierté de chacun d’entre nous et consacre la volonté de l’Etat de valoriser encore davantage les talents issus de la diversité.

Et nul doute que notre assemblée pourra approfondir avec son aide le partenariat fécond que nous conduisons avec l’Etat et la Région au service des grands enjeux du pays.

Deuxième élément de contexte, juridique celui-là, mes chers collègues et qui impacte directement nos politiques publiques dans le domaine du transport scolaire : l’arrêt du conseil d’Etat du 18 décembre dernier qui a donné gain de cause au Conseil Général en annulant les ordonnances du Tribunal Administratif de Basse Terre en date du 20 aout 2012.

Comme vous le savez, suite à ces ordonnances et afin d’assurer la continuité du service public le conseil général avait dû recourir à des contrats provisoires pour permettre aux jeunes guadeloupéens d’être transportés pendant l’année scolaire 2012-2013.

Et dans le même temps nous avons initié une démarche de concertation avec l’ensemble des acteurs concernés en sorte de déboucher sur une organisation de transport scolaire qui satisfasse le plus grand nombre, adossée à la signature d’une charte prévoyant les droits et obligations de chacun.

Et c’est dans le droit fil de cette concertation que nous avons  relancé l’appel d’offres en sorte de garantir la rentrée scolaire 2013-2014, et les suivantes, dans des conditions optimales.

Fidèle à nos habitudes nous ne commenterons pas la décision du Conseil d’Etat, même si elle a indiscutablement conforté la position de notre collectivité dans ce dossier et a, de fait, confirmé la validité du marché attribué par le conseil général pour les lots concernés.

Nous nous contenterons d’en prendre acte et de suivre les recommandations de la Haute Juridiction.

La conséquence directe sera naturellement de rendre caduque la procédure d’appel d’offres actuellement en cours.

Mais je puis vous assurer que l’ensemble des engagements pris par notre collectivité dans le cadre de la concertation précitée seront respectés, qu’il s’agisse notamment du préfinancement à 100% du coût du transport scolaire par le conseil général, ou encore du principe de desserte spécifique d’un établissement par circuit.

Le troisième élément de contexte sur lequel je souhaite revenir mes chers collèguesconcerne nos politiques publiques dans le domaine du social et en particulier l’accompagnement de nuit des personnes âgées.

Comme vous le savez, la garde de nuit est un dispositif extra-légal, c’est à dire profondément volontariste, mis en place par notre collectivité en 2002 pour aider les personnes âgées très dépendantes à une époque où les places en EHPAD étaient très rares, de même que les places en accueil familial.

Mais au bout de 10 ans de mise en œuvre, nous avons pu constater que  le dispositif avait atteint ses limites à plusieurs niveaux:

Limites en termes de qualité de la prise en charge, tout d’abord, puisque la garde de nuit devait concerner des personnes très dépendantes et isolées nécessitant une assistance de jour et de nuit.

Le conseil général prenait ainsi en charge 15 nuits par bénéficiaire et par mois, ce qui supposait que les 15 autres nuits étaient prises en charge par la famille.

Or, compte tenu des obligations du droit du travail, le coût de la prestation n’a cessé d’augmenter pour atteindre 1500pour 15 nuits en 2012.

De ce fait, peu de familles étaient en mesure d’ajouter le complément de nuits pour faire un mois complet et les personnes âgées bénéficiaires demeuraient de nombreuses nuits sans aucune assistance.

Au surplus, alors que le dispositif devait concerner des personnes âgées dépendantes isolées, l’évaluation réalisée en 2012, a montré qu’au moins 1/3 des intervenants étaient des parents des personnes âgées bénéficiaires de la prestation.

Ainsi, le critère d’isolement au cœur du dispositif n’était pas respecté.

En 2011, le Conseil Général a donc décidé d’adapter sa politique pour tenir compte de toutes ces évolutions, qu’il s’agisse de l’augmentation du nombre de demandes, mais également de l’augmentation du nombre de places disponibles en Accueil Familial et en EHPAD en tenant compte des 140 places supplémentaires qui seront créées en 2013, et des 60 places qui ont ouvert ce mois-ci à Basse Terre.

Mes chers collègues, je veux rappeler ici que dans le respect de notre méthode de concertation dans toutes nos politiques publiques, cette adaptation n’a pas été brutale :

Des 2010, nous avons annoncé à l’ensemble des associations prestataires notre volonté de mettre en place la garde itinérante de nuit.

En 2011 nous avons procédé à la modification du règlement départemental d’aide sociale et à l’institution de la Garde Itinérante de Nuit.

Et enfin en 2012 nous avons lancé la procédure d’appel d’offres qui a permis la désignation de 4 opérateurs pour la garde itinérante de nuit qui a démarré le 1er décembre 2012.

Les évolutions proposées dans le nouveau dispositif concernent ainsi au premier chef les critères d’éligibilité :

Les possibilités d’accès au dispositif sont élargies en retenant le critère l’âge du bénéficiaire (85 ans et plus), son besoin d’aide nocturne, son état d’isolement ainsi que son niveau de ressources.

Le nouveau dispositif permet également une prise en charge du contrôle de la sécurité de l’environnement domestique puisque la mission de la garde de nuit est d’assurer une présence, de rassurer, de soutenir psychologiquement et de permettre une intervention rapide en cas d’incident.

Il convient en outre de signaler que la prestation payée par le Conseil Général comporte un abonnement mensuel et un forfait de 2 visites par nuit assurées tous les jours de la semaine, samedi et dimanche inclus, pour une période de 30 jours.

Enfin, s’agissant de l’évaluation de la population cible, compte tenu des demandes enregistrées en 2010, le nombre de bénéficiaires de la Garde Itinérante de Nuit sera supérieur de 58% au nombre de bénéficiaires de l’Accompagnement de Nuit avec 433 bénéficiairesen 2013 contre 167 en 2012.

Et pour finir, je tiens à indiquer qu’en termes financiers, cette action volontariste de la collectivité pour soutenir les personnes âgées à leur domicile est estimée à 4,3M€ par an.

S’agissant du cas particulier de l’Accueil la Providence, il convient de rappeler que cette structure est  le premier partenaire de notre collectivité concernant l’Allocation Personnalisée d’Autonomie avec 800 bénéficiaires.

La garde de nuit incluant 83 usagers représentait donc une activité complémentaire pour la structure.

Pour conclure sur ce sujet, notre souci de transparence nous impose d’indiquer que l’accueil la Providence a répondu à l’appel d’offre du Conseil Général pour la garde Itinérante de Nuit, mais que son offre n’a pas été retenue car elle était moins compétitive que les 4 offres sélectionnées.

Et j’ajouterai que le Conseil Général est même allé jusqu’à jouer un rôle de facilitateur afin que les prestataires retenus examinent les possibilités de reprise des personnels concernés.

Vous l’aurez compris, mes chers collègues, qu’il s’agisse de l’action en relation avec les autres collectivités et l’Etat, de la question des transports scolaires ou encore de l’accompagnement de nuit des personnes âgées, le conseil général milite au quotidien pour davantage de cohérence, de lisibilité et d’efficacité dans la mise en œuvre des politiques publiques.

Et c’est précisément cette quête de cohérence qui guide mon action en qualité de président en exercice du congrès des élus départementaux et régionaux.

Nous aurons au cours de cette plénière à valider en l’état les résolutions du congrès du 27 décembre 2012 et à délibérer sur la convocation et l’ordre du jour du prochain congrès.

Très clairement mes chers collègues, cela signifie qu’il ne s’agit pas pour nous de refaire aujourd’hui le débat du congrès du 27 décembre dernier, ni davantage d’anticiper celui que je vous propose de convoquer avant la fin du mois de mars.

J’ai rencontré à cet effet la présidente de région la semaine dernière afin de convenir des dispositions suivantes :

S’agissant de la forme tout d’abord, afin de garantir la meilleure compréhension des Guadeloupéens, nous souhaitons absolument privilégier une démarche de pédagogie en prenant toutes les dispositions pour que ce congrès soit avant tout un congrès de débat d’idées, et non de juxtaposition de discours.

Ensuite nous porterons un accent particulier sur les deux objectifs que nous devrons assigner à nos travaux à cette occasion :

Le premier objectif consistera à proposer des pistes d’approfondissement, de vulgarisation et de finalisation du Projet Guadeloupéen de Société, en mettant l’accent sur la participation renforcée de la jeunesse, sur la prise en compte des schémas et outils stratégiques existants, et sur la question de la violence et de l’insécurité.

Le second enjeu sera de débattre des blocs de compétences pour aboutir à formuler des propositions concrètes susceptibles d’être relayées auprès du Premier Ministre et prises en compte dans le processus de discussion de l’acte III de la décentralisation.

Oui je le redis haut et fort, mes chers collègues, je parle bien de propositions dans le cadre de l’acte III de la décentralisation.

C’est en effet à mes yeux un non-sens que d’opposer d’un côté l’acte III qui est un processus sensé renforcer l’autonomie des territoires et d’un autre côté la collectivité unique qui est un cadre conditionnant les modalités d’exercice des politiques publiques.

Bien au contraire, je crois que nous devons tout faire pour dégager une position commune et transversale qui dispose des blocs de compétences cohérents dans le cadre de l’article 73 de la constitution (je dis bien article 73 et non 74 comme certains ont voulu le faire croire) et qui sollicite des transferts de compétences de l’Etat dans des domaines ciblés et maîtrisés.

Je crois surtout que nous devons définir ce que nous voulons pour la Guadeloupe mes chers collègues !

Et nous devons faire en sorte que ce plus grand dénominateur commun soit relayé et défendu par notre ministre des outremers auprès du gouvernement dans le cadre du processus de l’acte III, à l’occasion notamment de son examen par le conseil des ministres à la fin du mois de mars, dans le meilleur des cas.

C’est en ce sens que nous procéderons à une série d’auditions de juristes, d’experts, d’acteurs économiques et de représentants de la société civile devant la commission mixte région-département à compter du mois février.

L’objectif est clair, mes chers collègues, il s’agira de préparer les travaux du congrès en préfigurant la définition de blocs de compétences plus cohérents et plus lisibles.

Et c’est la raison pour laquelle, afin de tenir compte de l’avancée de ce travail de préparation tout autant que des incertitudes quand à la date de présentation du texte devant le conseil des ministres, je vous propose de m’autoriser à convoquer le congrès avant la fin du mois de mars prochain.

S’agissant de l’ordre du jour, je vous propose qu’il porte essentiellement sur les modalités d’approfondissement et de vulgarisation du Projet Guadeloupéen de Société, sur la finalisation des blocs de compétences préfigurant l’organisation de nos nouvelles institutions quelles qu’elles soient, et sur les modalités de consultation de la population, dans le droit fil des trois résolutions adoptées le 27 décembre dernier.

Mes chers collègues,

J’en viens à présent au point central de l’ordre du jour de notre plénière, je veux parler de l’examen de notre Programme Départemental d’Insertion, le PDI, pour cet exercice 2013.

Comme vous le savez, l’objectif  de ce document de programmation est d’abord de définir la politique départementale en matière d’accompagnement social et professionnel des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active.

Le PDI a aussi vocation à recenser les besoins et l’offre locale d’insertion, en identifiant, sur chaque territoire de notre pays de Guadeloupe, les acteurs, les solidarités, les synergies qui peuvent être actionnées et mobilisées.

Plus encore qu’en 2012, ce PDI 2013 traduit ainsi la volonté de notre Collectivité d’inscrire sa politique d’Insertion dans un partenariat fort, construit autour d’échanges et de réflexions entre les différents acteurs.

Car plus que jamais mes chers collègues, il nous faut résolument placerl’emploi au cœur de l’insertion.

Et il convient désormais de renforcer les dynamiques partenariales et d’améliorer les dispositifs existants tout en faisant émerger des pratiques innovantes.

Oui mes chers collègues, il s’agit d’abord de gagner le pari de l’emploi et de l’insertion, et plus que jamais, il nous faut marteler cette évidence : il est illusoire, dans ce petit pays qui est le notre de vouloir traiter l’un sans l’autre, de continuer à vouloir mener des politiques de l’emploi déconnectées des politiques d’insertion.

Au 31 décembre dernier, la Guadeloupe comptait 66 490 chômeurs mes chers collègues !

Et il importe de préciser que plus de 35% de ces chômeurs sont des bénéficiaires du RSA, alors qu’au niveau national, les bénéficiaires du RSA ne représentent qu’à peine 15% du nombre des demandeurs d’emploi.

Mes chers collègues, ces chiffres implacables doivent nous conduire à renforcer encore notre détermination, et nous devons tous partager la même conviction :

Que l’on parle de la bataille pour l’emploi, de la bataille pour l’insertion ou de la lutte contre les exclusions,ce sont  finalement les mêmes combats que nous devons mener ensemble : c’est la bataille fondamentale, vitale, pour l’avenir de notre Guadeloupe !

Alors, oui, mes chers collègues, c’est d’abord cela l’ambition, le souffle qui porte notre Programme Départemental d’Insertion 2013 :

Résister, résister, résister encore à cette spirale mortifère qui conduit au délitement de notre lien social dans un véritable cycle infernal : exclusion du savoir, exclusion du travail, exclusion du corps social, exclusion de l’idée même d’être un pays.

Mais, mais chers collègues, si notre rôle est de fixer le cap, nous devons également tenir compte des réalités et des contraintes budgétaires qui pèsent sur notre collectivité aujourd’hui, et que par ailleurs je vous ai longuement exposées à l’occasion des récents débats sur les Grandes Orientations Budgétaires ainsi qu’à l’occasion du vote du Budget Primitif 2013 de notre Assemblée.

Oui, dans le contexte de crise internationale et nationale que nous vivons, dans le contexte de difficultés croissantes des finances des collectivités locales, notre PDI 2013 est aussi un PDI de résistance budgétaire.

Il a fallu faire des choix, des arbitrages difficiles, pour tenir compte de la nécessité de préserver les crédits relatifs au paiement de l’allocation du RSA et du RSO.

Notre collègue Jules Otto, Président de la commission insertion et lutte contre les exclusions, vous présentera dans quelques instants le rapport d’évaluation du PDI 2012, et vous détaillera les armatures fondamentales de ce PDI 2013.

Mais je voudrais cependant mettre en exergue quelques priorités que nous avons arrêtées à travers ce PDI 2013.

Nous avons souhaité, comme les années précédentes, mettre l’accent sur l’accès et le maintien dans l’emploi des bénéficiaires du RSA  et singulièrement sur l’insertion professionnelle des jeunes.

Ainsi, il s’agira d’abord de faire des emplois d’avenir un outil d’aide à l’embauche des jeunes en difficulté.

Et c’est en ce sens que la Collectivité Départementale s’engagera sur le recrutement de 150 emplois pour l’année 2013 dont une vingtaine d’embauches dans nos propres services.

En outre, notre collectivité a enfin clairement positionné la Mission locale de Guadeloupe comme la structure référente en matière d’accompagnement des jeunes.

C’est en effet à nos yeux l’une des institutions les mieux en capacité d’apporter une réponse globale aux difficultés des jeunes, et de traiter à la fois les questions relevant du social, de la santé, du logement et de l’insertion économique et professionnelle.

Nous avons ainsi renforcé les moyens de fonctionnement de la mission locale, et le département est aujourd’hui le deuxième financeur de cette structureaprès l’Etat.

Nous avons également abondé un des outils souples, rapides  et performants permettant de répondre aux difficultés des jeunes, le Fonds d’Aides aux Jeunes, le FAJ, à hauteur de 200000€.

Fort de ces éléments, il nous apparaît donc légitime de revendiquer le principe de l’alternance à la tête de la Mission Locale, comme je l’ai récemment évoqué avec la Présidente de Région.

Par ailleurs, afin de développer l’offre d’insertion des bénéficiaires du RSA, nous accompagnerons la réalisation de chantiers d’insertion dans les secteurs prioritaires définis lors des dernières assises de l’insertion.

Les secteurs de l’agriculture, de l’environnement, de la mer, de la pêche, du nautisme, des sports, de la culture, des services à la personne et les métiers induits par la rénovation urbaine ont été retenus comme objectifs prioritaires de mise en œuvre de ces opérations.

Ces priorités seront traduites dans l’appel à projet que lancera le Département avant la fin du mois de février afin d’accompagner financièrement la mise en œuvre des chantiers d’insertion.

Au moment même où se tient dans notre département la quinzaine de l’économie sociale et solidaire, je veux en outre rappeler que nous comptons renouveler en 2013, les mesures d’accompagnement au profit des entreprises de ce secteur d’activités, dans une démarche toutefois plus transparente avec la mise en place d’indicateurs partagés de performance et le recours systématique à l’évaluation des actions menées.

Nous avons également choisi, à travers ce PDI, d’assurer la pérennisation des dispositifs de suivi et d’accompagnement social des publics en difficulté.

A ce titre, les Equipes de rue et les Equipes mobiles d’intervention sociale (EMIS) sont des dispositifs qu’il convient de soutenir en s’appuyant sur les résultats obtenus au niveau des territoires.

Ainsi, dans une démarche concertée et contractualisée avec l’Etat et les autres collectivités locales, le Département et la Région sont favorables à l’extension du champ d’intervention géographique de ces opérateurs.

Mais mes chers collègues, nous devons en avoir conscience, toutes ces orientations ne valent que si elles se concrétisent en actions opérationnelles.

Aussi le Programme Départemental d’Insertion 2013 (PDI),à travers ses 48 fiches – actions est évalué à un montant global de plus de 14 M€ auquel il convient de rajouter une enveloppe annuelle de 855 000 € prévue pour le financement complémentaire des emplois d’avenir.

Mesdames et Messieurs, mes chers collègues,

Au moment de conclure je voudrais  dire et redire encore notre conviction : ces questions de l’Insertion et de l’Emploinous rappellent la nécessité de mieux travailler ensemble, nous rappellent cette évidence :

Plus que jamais il importe de mieux coordonner les différents dispositifs,

Plus que jamais il nous appartient de mutualiser nos politiques et nos moyens,

Plus que jamais, il nous faire preuve de courage pour questionner nos organisations et nos institutions,

Plus que jamais il nous faut faire preuve de détermination pour faire avancer ce pays de Guadeloupe, ici, maintenant et encore davantage demain.

Je vous  invite donc sans plus tarder à nous mettre au travail et vous remercie de votre attention.

 

Commentaire(s) : (0) Clics: 2207

Le Conseil Général a tenu sa 9ème Commission Permanente de l’année

La commission permanente de l’Assemblée Départementale s’est réunie le jeudi 30 août 2012 sous la présidence du Docteur Jacques GILLOT. Les élus se sont ainsi prononcés sur les dossiers ayant notamment trait aux compétences départementales suivantes :

PROJET DE LOI

La collectivité départementale émet un avis favorable sur le projet de loi relatif à la régulation économique outremer

Les mesures proposées dans le 1er volet du projet de loi allant dans le sens d’un renforcement de la concurrence et de la lutte contre la vie chère outremer, les conseillers généraux ont émis un avis favorable quant aux mesures relatives à la régulation économique outremer. Toutefois, la collectivité départementale attire l’attention du Gouvernement sur les points que sont la nécessaire mise en œuvre rapide de la loi après son vote, le caractère essentiel de la création de centrales d’approvisionnement et de stockage régionales, la mise en place de mesures urgentes dans le dossier des carburants, le rôle et les moyens de l’Observatoire des Prix et des Revenus (OPR) mais également la réglementation des tarifs bancaires.

S’agissant du 2ème volet du projet de loi se rapportant aux mesures relatives à l’extension par ordonnance de certaines normes outremer et à l’homologation de lois de pays, un avis favorable sera également émis, notamment en ce qu’il permet à travers son article 8 (proposition est faite d’exclure les collectivités d’outremer du champ de l’article L1111-10 du Code général des collectivités territoriales aux termes duquel celles-ci doivent au minimum contribuer à hauteur de 20% aux opérations dont elles assurent la maîtrise d’ouvrage), de soutenir l’investissement public local.

ACTION SOCIALE ET SOLIDARITE

Un partenariat entre le Département et les communes en faveur de l’insertion

La collectivité départementale et les communes signeront une convention de mise à disposition gratuite de locaux communaux afin d’assurer les permanences d’accueil des bénéficiaires du RSA par les agents référents des antennes de la Direction de l’Insertion et de la Cohésion Sociale du Conseil Général. Rappelons que ces permanences permettent d’assurer un accueil de proximité des bénéficiaires du RSA et de construire avec les communes des actions d’information et d’animation autour de l’insertion.

Le dispositif d’accompagnement des bénéficiaires du RSA de plus de 50 ans par les CCAS bientôt effectif

Le Conseil Général et les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) signeront une convention pour  l’accompagnement social des bénéficiaires du RSA âgés de plus de 50 ans. Ce dispositif permettra d’orienter ce public prioritairement vers les CCAS er d’augmenter le nombre de référents chargés de l’accompagnement social du public en insertion. En outre, il contribuera à développer avec les CCAS une offre d’insertion ciblée sur les problématiques des bénéficiaires du RSA âgés de plus de 50 ans.

Un soutien permanent des initiatives en faveur de l’insertion

Dans le cadre du Développement Social Local, l’association de Gestion du Centre Social de Petit-Canal se verra allouer une subvention de 2 000 euros pour la mise en place de l’opération « Vakans an Fanmi ». Il s’agissait d’un projet de départ en vacances au bénéfice d’une douzaine de familles du Nord Grande-Terre, sélectionnées par les travailleurs sociaux du Conseil Général et de la CAF. Les familles ont pu profiter d’activités telles que du théâtre et des arts graphiques, et d’un séjour avec hébergement en « résidence d’artiste » sur l’ancien site de l’UCPA à Bouillante.

Par ailleurs, l’association Blues Brothers bénéficiera d’une subvention de 2 100 euros pour l’organisation d’activités rollers pour les ayants droits des bénéficiaires du RSA à Marie-Galante. L’objectif de la manifestation était de proposer une nouvelle discipline sportive en direction des publics défavorisés, de développer un partenariat avec les communes dans le champ de l’animation sociale des quartiers et également de promouvoir la pratique sportive en direction des publics défavorisés.

AGRICULTURE - ENVIRONNEMMENT

Le Conseil Général aux côtés des professionnels de l’élevage

La collectivité départementale allouera une subvention de 30 000 euros à Sélection Créole pour ses actions d’insémination artificielle qui vise à améliorer la qualité bouchère de la viande bovine mais aussi parallèlement avec les efforts réalisés sur la génétique du bovin créole, de conforter et préserver la race créole. En 2011, Sélection Créole a réalisé 848 inséminations.

La collectivité départementale, partenaire de la Chambre d’Agriculture

Le Conseil Général signera une convention d’accompagnement de la Chambre d’Agriculture de la Guadeloupe pour la mise en œuvre de ses actions de développement qu’elle mène au profit des agriculteurs et de l’économie agricole. Une contribution de 380 000 euros lui sera allouée pour :

- L’assistance technique-économique aux agriculteurs

- L’accompagnement social des agriculteurs

- L’accompagnement des installés sur le foncier départemental

- L’assistance technique aux éleveurs

- L’assistance aux professionnels canniers

- Les actions en faveur de l’environnement

Cette aide permettra également d’assurer le suivi technique des irrigants, leur formation et un accompagnement dans leur dossier d’investissement.

CULTURE ET PATRIMOINE

StArt : la Guadeloupe a des talents !

Le Conseil Général initie l’opération  StArt : «   la Guadeloupe a des talents ! », destinée à favoriser la détection de jeunes artistes talentueux.  Elle vise à contribuer à l’émergence d’une véritable économie de la culture et s’adresse aux jeunes de 18 à 30 ans. Cette première édition concernera 5 disciplines : les arts visuels, la danse, les musiques, l’expression théâtrale, l’audiovisuel. Les  lauréats bénéficieront d’un accompagnement de la collectivité sous forme d’une bourse annuelle de 4 000 euros durant  trois années et d’une formation sur une durée de six mois, dispensée par un organisme compétent. Cette formation devant leur permettre d’appréhender une carrière d’artiste, comportera une partie théorique sur les droits et obligations de l’artiste et un coaching dans la discipline concernée. Le parrain de la première édition de cette opération est Krys, artiste confirmé et talentueux de la scène urbaine. L’opération  Start : «  la Guadeloupe a des talents !  » constitue pour le Conseil général une manière d’affirmer sa confiance  dans les capacités créatrices  de notre jeunesse et d’accompagner son désir de progresser dans cette voie.

L’édition 2012 de Kréyòl An Mouvman en préparation !

L’opération « Kréyòl An Mouvman » conduite chaque année par le Conseil général est l’occasion de rendre  hommage à la langue  et à la culture créoles et à ceux qui s’investissent pour sa préservation et son enrichissement.  C’est désormais un rendez-vous incontournable du calendrier culturel dont le point d’orgue est la célébration de la Journée Internationale du créole le 28 octobre et Pwan tiban la sizé, manifestation dédiée au conte créole.

La programmation 2012 a l’ambition d’élargir les publics en proposant des nouvelles  actions innovantes sur le territoire et en associant les acteurs du monde culturel et associatif. Comme pour chaque édition, les tables-rondes offriront  un espace d’échanges autour de thèmes liés à la connaissance, à la préservation et à la valorisation de ces marqueurs identitaires.

Au delà des actions en direction du grand public, du public scolaire, la collectivité départementale souhaite inscrire son engagement en faveur de la langue dans une démarche scientifique en s’assurant du concours du monde universitaire et d’autres chercheurs, notamment pour les questions liées à la traduction. C’est ainsi qu’un soutien sera apporté au séminaire organisé par le Centre de Recherche et de Ressources en Education et en Formation sur le thème «Dire et penser la science en créole» qui se tiendra les 10 et 11 octobre 2012 et à la réédition du dictionnaire créole de Poullet, Telchid, Ludwig,  Montbrand.

Enfin, l’Habitation La Ramée accueillera la 8è édition de «Pwan tiban-la, sizé !» sur le thème «Lanmou» et donnera aussi l’opportunité de distinguer le savoir-faire des brodeuses de Vieux-Fort. Elle sera l’occasion d’un échange culturel et pédagogique entre les groupes Indèstwas ka (Guadeloupe) et Bélya (Martinique).

A côté des conteurs guadeloupéens qui seront cette année sélectionnés après un appel à candidatures, la manifestation recevra un conteur haïtien et un conteur dominiquais.

Enfin, en marge de cet événement, des conteurs caribéens interviendront avec des conteurs guadeloupéens, dans les hôpitaux, les prisons et auprès des personnes âgées.

Une enveloppe de 30 000 euros est dédiée à l’organisation de cette nouvelle édition de Kréyòl An Mouvman.

Une nouvelle tarification de visite des sites patrimoniaux

Le Conseil Général est propriétaire de sites patrimoniaux qui font l’objet de programmes  ambitieux de rénovation. Certains, tels  le Fort Delgrès et l’Ecomusée de Marie-Galante peuvent aujourd’hui proposer la visite d’espaces d’expositions. Au Parc des roches gravées, compte-tenu de la configuration du site, le public est accueilli dans le cadre de visites guidées. Cet engagement de la collectivité en faveur de son patrimoine poursuit deux objectifs majeurs. D’une part,  inciter la population guadeloupéenne  à  venir découvrir  ces sites, et les pages d’histoire qu’ils renferment, d’autre part, valoriser cet héritage pour en faire  un outil du développement touristique de notre archipel. En conséquence, un droit d’entrée symbolique sera désormais demandé pour les visites des espaces d’exposition  (Louis Delgrès et la guerre de Guadeloupe, Actualités du fort et la Soufrière - Fort Delgrès, Trésors populaires du quotidien – Ecomusée de Marie-Galante). Pour le Parc des roches gravées, ce droit d’entrée donnera accès aux visites guidées.

Par ailleurs,  le projet  de valorisation du Fort Delgrès, prévoit  à moyen terme de mettre en location des audio-vidéoguides multilingues pour faciliter la visite du site et d’offrir aux visiteurs la possibilité d’acquérir dans le nouvel espace accueil/billetterie/boutique des ouvrages, des produits du terroir, et des objets, en lien avec la thématique du réseau des forts. Ces nouvelles dispositions feront l’objet d’une tarification spécifique ultérieure.

Dans l’immédiat, pour le Fort Delgrès, l’Ecomusée de Marie-Galante, le Parc des Roches gravées, la tarification suivant sera appliquée :

< !--[if !supportLists]-->· < !--[endif]-->Tarif Adulte : 3€

< !--[if !supportLists]-->· < !--[endif]-->Tarif réduit (enfant de - de 12 ans, étudiants, 60 ans, bénéficiaires du RSA) : 2 €

< !--[if !supportLists]-->· < !--[endif]-->Tarif Groupe (10 personnes) : 2 €

Commentaire(s) : (0) Clics: 1888

Partenaire

L'actu par mail

Recevez toute l'actualité par mail , Tous les jours

Facebook

Pub