Bienvenue sur newsantilles.com
<div style="background-color: none transparent;"><a href="http://www.ikiloop.com/" title="link">here</a></div>
                 Le monde

Basse-Terre :‟Explorer l’univers d’Alex Godard”.

Alex GODARD, auteur illustrateur a permis ce jeudi 13 juin 2013 de pénétrer dans son univers, grâce à une conférence organisée par la Médiathèque Caraïbe du Conseil Général à BASSE-TERRE. Nicole BRISSAC enseignante et chercheuse en littérature de jeunesse était présente à cette manifestation intitulée Explorer l’univers D’Alex GODARD”.

SLAM à l’ARTCHIPEL Jeudi 6 juin à 19h30, salle Sonny Rupaire, spectacle gratuit

Dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale 2013 (C.U.C.S), l’ARTCHIPEL et la Communauté d’Agglomération du Sud Basse-Terre ont initié des « Ateliers Slam et découverte du spectacle vivant » permettant à  une trentaine de jeunes de 13 à 25 ans dûment sélectionnés de développer leurs talents et de retrouver la confiance nécessaire à leur insertion ou réinsertion sociale.

Animés par les slameurs I’MAN et GWA DAKWAN, respectivement champions de Guadeloupe de slam en 2007 et 2010, les ateliers ont ouvert en avril et s’achèveront en décembre.  Les jeunes y apprennent à exprimer de façon poétique leurs émotions. Car le slam est une véritable poésie urbaine.

 

Après 8 semaines de stage, les jeunes artistes révéleront au public le fruit de leur travail  lors d’une Grande Battle Finale qui aura lieu jeudi 6 juin. Ce spectacle est gratuit.

Commentaire(s) : (0) Clics: 2515

Concert très applaudi à l’ARTCHIPEL samedi 11 mai

Le « FARINELLI créole », Fabrice di Falco, sopraniste, accompagné d’un quatuor à cordes (Amanda Favier violon, Anne Ménier violon, Cécile Grenier alto et Ingrid Schoenlaub violoncelle) et d’une pianiste, Lydia Jardon, a enchanté les spectateurs de la scène nationale.

Tout, il peut tout interpréter et le fait avec un plaisir communicatif et une aisance sidérante. Des airs de castrats, des chants sacrés comme le Salve Regina de Pergolèse, ou le Stabat Mater de Vivaldi mais également une berceuse du Chevalier de Saint-Georges et même du jazz  comme Sommertime de George Gershwin ont empli la salle.

Il dit aimer  la musique baroque et ses ornementations autant que le jazz et ses improvisations. Barbara Hendricks a été pour lui un modèle et une  bonne fée. Un modèle en lui révélant que l’on pouvait être noir et chanter le classique. Une bonne fée  en acceptant  de le rencontrer et de l’auditionner lors d’un concert en Martinique ; elle remarqua la particularité de sa voix et l’encouragea à  s’engager dans cette carrière étroite et difficile.

Comme elle a eu raison… Ce jeune homme, né en Martinique en 1974, est un prodige ; il lui a fallu 5 ans (au lieu de 10 normalement)  pour décrocher le premier prix au Conservatoire de Paris !

Heureux furent celles et ceux qui ont pu le voir et l’entendre pour son 1er déplacement en Guadeloupe. Ils n’oublieront ni ce moment magique ni cette voix d’exception  ni le personnage charismatique qui la recèle.

Commentaire(s) : (0) Clics: 2035

Amateurs de cinéma, préparez-vous ! Un festival de films vous attend à l’ARTCHIPEL.

La Scène Nationale de la Guadeloupe présente du mercredi 15 au samedi 25 mai, en version originale, chaque soir à 20h, 9 films présentés au Festival de Cannes en 2012

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->mercredi 15 mai                 amour de Michael Haneke (Palme d’or).

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->jeudi 16 mai             MOONRISE KINGDOM de Wes Anderson.

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->vendredi 17 mai                 VOUS N’AVEZ ENCORE RIEN VU d’Alain Resnais.

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->samedi 18 mai          PAPERBOY de Lee Daniels.

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->mardi 21 mai            AU-DELÀ DES COLLINES de Cristian Mungiu

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->mercredi 22 mai                 SUR LA ROUTE de Walter Salles.  

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->jeudi 23 mai             PARADIS : AMOUR de Ulrich Seidl.

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->vendredi 24 mai                 LES BÊTES DU SUD SAUVAGE de Benh Zeitlin

< !--[if !supportLists]-->v < !--[endif]-->samedi 25 mai          IN ANOTHER COUNTRY de Hong Sangsoo.

Autant de films qui ont séduit le Jury présidé par Nanni Moretti et ont été primés au 65ème festival de Cannes.

Un bonheur rare à ne pas laisser passer…

Commentaire(s) : (0) Clics: 2041

3ème Congrès International des Écrivains de la Caraïbe.

‟Une épopée collective, les combats de la liberté”, c’est le thème de la 3ème édition du Congrès  international des écrivains de la  Caraïbe. Le mercredi 3 avril à l’Espace régional du RAIZET a eu lieu le lancement officiel de la manifestation qui se déroulera du 10 au 13 avril 2013, à l’hôtel LANGLEY RESORT Fort Royal à DESHAIES.

« Carte blanche pour STAN » au musée Schoelcher à Pointe-à-Pitre

Une exposition des dernières créations de Stanislas Musquer, alias STAN, son nom d’artiste.

Carte blanche mais couleurs vives !

Il n’est pas évident d’exposer des œuvres contemporaines dans un musée d’histoire. Mais STAN a manifestement pris plaisir à relever ce défi en interprétant des œuvres conservées au musée.

L’œuvre emblématique de l’exposition est bien sûr « Hommage à Victor Schoelcher », Sous les pinceaux de STAN, il est un géant auréolé et noir. Comme en écho à JF Kennedy, qui avait clamé à Berlin-Ouest « Ich bin ein Berliner », STAN peint la fraternité entre les abolitionnistes du 19ème siècle et le peuple noir asservi. On retrouve la fidélité historique et la fraternité dans une l’œuvre intitulée « Au détour d’un chemin » et sur laquelle  STAN a écrit « Am’I not a man and a brother ? » en clin d’œil à l’abolitionniste américain John Brown  dont on peut voir un buste au 1er étage du musée.

STAN, l’humaniste, a réalisé aussi pour cette exposition  des scènes de vie ordinaire de la Guadeloupe où se fondent le passé et le présent (la « motolacanne » remplace le cheval des plantations).  Ces scènes prennent une dimension symbolique, un  caractère sacré. Au 1er coup d’œil, si ce n’est le format, on dirait des images pieuses. Mais en regardant mieux, le contenu est profane et la surprise totale. STAN sublime le quotidien et illumine  la banalité.

Sa figuration prend sa source aussi bien dans les enluminures des livres d’heures et  les  icônes orientales que dans les peintures haïtiennes ou mexicaines et même  la bande dessinée. Mais par l’idée qui est derrière cette représentation, on peut le rattacher aussi aux symbolistes français du 19ème siècle, comme Gustave Moreau.

STAN a foi dans l’Homme. Il prouve par sa peinture que tout acte humain même le plus commun, comme vendre des sorbets-coco ou travailler dans les champs est un acte essentiel au sens philosophique de ce mot.

STAN est encore très jeune puisqu’il n’a pas encore fêté ses 40 ans… Mais il a exposé pour la 1ère fois en Guadeloupe à l’âge de19 ans, il y a donc plus de 20 ans et de multiples fois depuis lors ici, à Paris et aux USA. Qu’il nous étonne et nous enchante durant de très nombreuses années !

L’expo est visible jusqu’au 26 avril.

Commentaire(s) : (0) Clics: 2285

A l’ARTCHIPEL samedi soir : « Un archipel de solitude »

Une pièce écrite par Frantz Succab, produite la Compagnie Savann’, mise en scène par José Jernidier et servi par 3 acteurs de grand talent : Harry Baltus, Dominik Bernard et Joël Jernidier.

Frantz Succab pour qui l’écriture est une arme pour un combat politique aborde dans sa dernière pièce la question des liens familiaux. Trois frères se retrouvent après une séparation de 5 ans ; ils ne se sont pas revus en fait depuis l’enterrement de leur mère. Deux d’entre  eux, Pat et Tik, (prononcez Pathétique)  vivent en Guadeloupe mais n’ont tissé aucun lien et ne se voient jamais. Le benjamin, Dolor, est parti en France pour effectuer son service militaire comme ses frères mais eux sont rentrés au pays tandis que lui s’est installé en France. Pourquoi l’unité de la famille n’a-t-elle pas survécu à la disparition de leur mère ? Pourquoi le benjamin a-t-il fui sa famille et son pays ?

Frantz Succab a écrit cette pièce à la demande des 3 acteurs qu’il connaît bien et réciproquement. Il pose des questions qui vont amener les protagonistes à découvrir un secret de famille qui est sans doute à l’origine de leur éloignement et de leur solitude.

Un texte intelligent et subtil sur les liens du sang et les secrets de famille. Une pièce sur un sujet de société, grave et parfois drôle où l’histoire de famille s’inscrit dans le cadre plus large de l’histoire du pays.

Un très beau moment d’un spectacle abouti.

Commentaire(s) : (0) Clics: 2452

Partenaire

Facebook

Pub